|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
13 Personne(s) en ligne (13 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 13

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Belgique (Saint-Ghislain) : Une campagne pour lutter contre le harcèlement scolaire. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/04/2018 15:19
Re : L'inquiétant profil de Nordahl Lelandais.Où en est l'étude des " affaires étudiées "?. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/04/2018 10:28
Affaire Nordahl Lelandais: Lucie Roux : «Elle était hospitalisée en même temps que Nordahl Lelandais», témoigne sa sœur Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/04/2018 10:18
Affaire Grégory Villemin: la grand-mère trahie par une lettre? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/04/2018 12:57
Meurtre d'Alexia Daval. : son mari Jonathann est "en très grande souffrance", ce qui empêche toute audition (Vidéo). Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/04/2018 10:40
Affaire Nordahl Lelandais: Lucie Roux, disparue depuis 2012, aurait déjeuné plusieurs fois avec Nordahl Lelandais.( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/04/2018 10:17
La mère du petit Antoine, disparu en 2008 dans le Puy-de Dôme, et son ex-compagnon condamnés en appel dans le Var pour une affaire de meurtre. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/04/2018 10:08
Parents attention ! Les parents d'une jeune victime du jeu du foulard lancent un appel et un avertissement pour que cela ne se reproduise plus ! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/04/2018 13:47
AFFAIRE GRÉGORY: UNE ENQUÊTE JOURNALISTIQUE FAIT DU "CORBEAU" "LA CLÉ DE L'ÉNIGME"... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/04/2018 16:27
Meurtre du petit Jonathan Coulom : la confession d’un tueur en série allemand… Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/04/2018 13:48

Affaire Kulik: une lettre anonyme sème le trouble ...

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 07/03/2018 14:18:34

Coup de théâtre ce mardi 6 mars à 9 heures. Les juges de la chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Amiens devaient rendre leur décision : dire si oui ou non le dossier criminel de l’affaire Élodie Kulik comportait suffisamment d’éléments à charge pour renvoyer le seul suspect vivant, Willy Bardon, devant la cour d’assises de la Somme.

Les trois juges d’instruction avaient décidé de ce renvoi, mais les avocats de la défense avaient fait appel. Dans la salle d’audience, où le public n’a pas le droit d’entrer, la présidente n’a mis que quelques minutes à annoncer la décision. Et c’est un rebondissement.

Une lettre anonyme est intervenue entre le 16 janvier, date à laquelle cette demande d’annulation a été plaidée par les différentes parties, et ce 6 mars. Elle a été adressée au parquet général. Cet écrit, pour l’heure, reste mystérieux car ni les parties civiles ni la défense n’en ont avaient eu connaissance ce mardi.

Ce courrier a été envoyé après la diffusion de l’émission Grand reportage sur TF1, le 21 janvier. D’après nos informations, l’auteur de la lettre écrit que la tenancière d’un bar aurait des informations sur Willy Bardon, le principal suspect. Les gendarmes ont vérifié que cette commerçante existait bien, ce qui a été confirmé.

Que contient précisément cette lettre ? Cette tenancière aurait-elle uniquement des renseignements de personnalité sur Willy Bardon ou a-t-elle eu vent d’informations sur le meurtre d’Elodie Kulik ? Ce mardi, ces questions restaient en suspens.

Ce courrier constitue un énième rebondissement dans l’affaire Kulik. Bien des lettres ont été versées au dossier. Mais pas forcément les bonnes. Certaines d’entre elles, si elles l’avaient été, auraient peut-être permis aux enquêteurs d’interpeller Grégrory Wiart (dont l’ADN a été retrouvé dans un préservatif sur les lieux du crime), alors qu’il était encore vivant. Sa concubine d’alors s’envoyait, en 2002 et 2003, les courriers à elle-même : « Tu as tout vu, je suis foutu. (…) Je vais te violer, t’étrangler et te brûler (…) Je vais agir avec toi comme avec les autres femmes ». La jeune femme avait déposé plainte contre Wiart, et c’est finalement elle qui a été condamnée pour dénonciations calomnieuses. Si un rapprochement avait été fait avec l’affaire Elodie Kulik, un prélèvement ADN sur Grégory Wiart aurait permis son identification immédiate.

--
<<L’impatience du père d’Elodie>>

Une nouvelle fois, Jacky Kulik, le père d’Elodie, a fait le déplacement au palais de justice d’Amiens. L’audience n’étant pas publique, il a attendu à l’extérieur de la salle l’issue des débats. Seize ans après l’horrible meurtre de sa fille, l’homme pensait savoir si enfin, un procès se profilait. C’est son avocat, Me Didier Robiquet, qui lui a annoncé le rebondissement. Jacky Kulik cherche à comprendre. « Mais dans cette lettre, on ne sait pas si cette dame sait des choses quant à l’événement ? » « Bien sûr que non, répond son avocat. Des lettres, on a eu des milliers ». « Donc n’importe quel dingue qui envoie une lettre en disant je connais bien Bardon et on rouvre l’instruction à chaque fois ? ». Et l’avocat d’expliquer que les juges ne pouvaient pas faire autrement…

Jacky Kulik montre son impatience. L’homme attend depuis 2002 que justice soit faite. Il se demande si l’auteur de la lettre anonyme n’est pas une personne qui cherche à faire retarder l’échéance. « Parce que si c’est ça, on peut en avoir des dizaines de lettres, et de deux mois en deux mois, imaginez-vous, ça va nous faire repousser tout ça. J’aurai 80 ans ! » Il se veut toutefois optimiste : « J’ai 68 ans, plus la même force qu’à 52 ans, mais je tiendrai.

--
<<La défense ne s’y attendait pas>>

Mes Stéphanes Daquo et Grégoire Lafarge n’étaient pas au palais de justice ce mardi matin. Ils ont rapidement été mis au courant de ce coup de théâtre, auquel ils ne s’attendaient pas. « De toute façon, dans ce dossier, compte tenu de l’ancienneté des faits, on se rend compte que l’affaire est très mal ficelée. Nous ne sommes pas à l’abri de rebondissements. Car cette affaire est loin d’avoir livré tous ses secrets », réagit Me Stéphane Daquo.

Pour la défense, les éléments à charge sont insuffisants pour renvoyer Willy Bardon en justice. Ils reposent sur la bande sonore de l’appel aux pompiers d’Elodie Kulik au moment de son enlèvement. Plusieurs proches de Bardon ont reconnu sa voix : « Cet élément sonore, dans lequel on croit reconnaître une intonation, dure 0,98 seconde. Vous croyez que cela suffit pour envoyer quelqu’un devant les assises ? », a réagi Me Grégoire Lafarge
Que peut-il se passer le 30 mars?

La décision aurait dû être rendue ce mardi 6 mars. Les juges de la chambre de l’instruction d’Amiens devaient dire si Willy Bardon, le seul suspect vivant dans l’affaire Elodie Kulik, sera renvoyé ou non devant la cour d’assises de la Somme. Cela est intervenu après un appel formulé par les avocats de la défense. Ils ont contesté la décision des trois juges d’instruction chargés de l’affaire, rendus en avril 2017, qui consistait à envoyer Willy Bardon devant la cour d’assises pour enlèvement et séquestration suivis de mort. Pour Mes Grégoire Lafarge et Stéphane Daquo, le dossier ne contient pas suffisamment d’éléments à charge pour que l’Axonais soit jugé. Cette lettre anonyme est venue bouleverser les plans. Elle est intervenue entre la date d’audience devant la chambre de l’instruction, où les différentes parties ont plaidé, et ce mardi, jour du rendu de la décision. Aussi, avec cet élément nouveau, la cour n’avait pas d’autre choix que de rouvrir le débat. Cette nouvelle pièce du dossier va être mise à la connaissance des différentes parties.

Le 30 mars prochain, rien ne se décidera. Les avocats de la défense, ceux des parties civile, ainsi que l’avocat général, vont se prononcer sur la nécessité, ou non, d’entendre la gérante de bar qui est mentionnée dans ce courrier. Les magistrats mettront plusieurs jours à se prononcer. S’ils décident que le témoignage est important, un supplément d’information judiciaire sera ordonné, et le témoin pourra alors être entendu. Dès lors, quelques jours plus tard, les magistrats aviseront pour savoir si ce nouvel élément bouleverse le dossier ou non. Si ce n’est pas le cas, ils pourront enfin rendre leur décision : renvoyer Willy Bardon en justice ou pas. Et si d’aventure ce témoignage rebat les cartes de cette affaire, l’instruction pourrait reprendre.

http://www.courrier-picard.fr/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
9 - 4 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10