|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
11 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 11

plus...

Meurtre d'Élodie Kulik: un appel de "quelques secondes d'horreur" au cœur du procès...

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 27/11/2019 11:22:50

L'enregistrement sonore de l'appel aux secours passé par la jeune femme quelques instants avant sa mort sera dévoilé ce mercredi devant les assises de la Somme. Il pourrait permettre de condamner le principal suspect de son meurtre, Willy Bardon.

Le procès de Willy Bardon, meurtrier présumé d'Élodie Kulik, se poursuit ce mercredi devant la cour d'assises d'Amiens, avec une pièce à conviction capitale. Car si aucun échantillon d'ADN n'implique directement le suspect, l'enregistrement sonore d'un appel au secours passé par la jeune femme aux pompiers au moment de son agression, quelques instants avant son décès, pourrait faire pencher la balance.

Élodie Kulik avait été retrouvée morte en 2002 sur un chemin de campagne dans la Somme, violée, étranglée et brûlée. Des tests ADN effectués quelques années plus tard avaient permis l'identification d'un homme, Grégory Wiart, mort en 2003, que fréquentait Willy Bardon, aujourd'hui seul sur le banc des accusés.
Seulement 26 secondes d'enregistrement

La bande-son de mauvaise qualité ne dure que 26 secondes, mais on y entend les voix de deux hommes, dont l'un ayant un fort accent picard. "Au secours, ils m'assassinent", y crie Élodie Kulik. Si les gendarmes, qui ont étudié l'enregistrement durant dix ans, le considèrent inexploitable, plusieurs proches de Willy Bardon - dont l'ex-compagne de Grégory Wiart - affirment avoir reconnu la voix de l'accusé.

Jacky Kulik, le père d'Élodie, a pu entendre l'enregistrement. Dix-sept ans après le meurtre de sa fille, il espère que l'accusé ira en prison.

"Il faut avoir une idée du martyr qu'ils ont imposé à ma fille", a-t-il déploré au micro de BFM. "Il faut l'avoir entendu. Quelques secondes d'horreur... Pour moi qui l'entend, c'est une éternité."

Willy Bardon, mis en examen en 2013, assure quant à lui ne pas avoir été présent le soir du drame et nie toujours les faits. "Les enregistrements sont extrêmement courts et de mauvaise qualité", martèle son avocat, maître Marc Bailly. Il encoure une peine de prison à perpétuité si sa culpabilité est prononcée. Le procès doit se tenir jusqu'au vendredi 6 décembre.

https://www.bfmtv.com/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
0 + 8 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10