|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
14 Personne(s) en ligne (13 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 14

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Affaire Dieterich : la mère de la victime raconte son fils Stéphane, sa "lumière"... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/01/2019 16:43
S'ABONNER La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse vient de rejeter la demande de Maître Simon Cohen de «démise en examen» de son client Guerric Jehanno. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/01/2019 12:22
Estelle Mouzin: , la plainte du père contre l’État jugée recevable. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/01/2019 12:05
Affaire Narumi : la demande d'entraide internationale entre la France et le Chili en cours de traduction. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 10/01/2019 10:13
Affaire Fiona : les pourvois en cassation de Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf renvoyés au 20 février. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 10/01/2019 10:05
Retour de la peine de mort pour les MONSTRES qui tuent des enfants Les nouvelles Visiteurs 09/01/2019 17:35
Eric Mouzin , papa d’Estelle s’exprime « Il y a un manque de volonté politique, de prise en compte de l’intérêt public ». Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 09/01/2019 17:23
STOP MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS INNOCENTS : Maltraitance de l’enfant: des répercussions sur la santé mentale et physique à l’âge adulte. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 09/01/2019 12:46
disparition Luca Tacchetto et Édith Blais : Bobo-Dioulasso, une région déconseillée aux voyageurs Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 09/01/2019 11:16
Procès de l'assassin présumé de Stéphane Dieterich : “Cela fait 24 ans qu'on attend d'être en face de lui”... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 09/01/2019 11:07

Affaire Maëlys : le bras de fer des associations avec les juges pour accéder au dossier d’enquête.VIDÉO - N Lelandais : quelle est vraiment sa personnalité ?

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 07/05/2018 09:17:28

ENQUÊTE – Plusieurs associations de défense des droits des enfants se portent partie civile dans l’affaire Maélys. Elles souhaitent pouvoir faire avancer l’enquête avec leurs propres regard et expertise. Une démarche pas toujours bien perçue par les juges d’instruction qui leur retardent l’accés au dossier.

- William Molinié https://www.lci.fr/

C’est un des dossiers les mieux gardés de France. Rares sont ceux qui ont pu lire ne serait-ce quelques bribes de procès-verbaux. Le dossier d’instruction de l’affaire Maélys est convoité. Par les journalistes, forcément. Mais aussi les associations de protection et de défense des droits de l’enfant qui viennent frapper à la porte des juges d’instruction grenoblois pour y avoir accès. Des associations qui affirment porter les intérêts collectifs des enfants maltraités ou opprimés.



A notre connaissance, une demi-douzaine d’associations ont ainsi entamé des démarches ou envisagent de se porter partie civile dans le dossier Maélys. Cette constitution, si elle est acceptée en cours d’instruction, confère aux avocats qui les représentent le droit de consulter le dossier d’enquête et de faire des demandes d’actes : être présent pendant les interrogatoires, poser des questions, proposer des expertises… Mais cette démarche n’est pas vue d’un bon œil par les juges d’instruction. Pour preuve, les juges de Grenoble ont refusé en janvier dernier, après avoir demandé l’avis du parquet et de l’avocat de Nordahl Lelandais, la transmission du dossier à Me Marie Grimaud, avocate d’Innocence en Danger.
Peur des fuites

Si une constitution de partie civile peut être déposée librement au cabinet d’instruction, encore faut-il que le juge accepte de recevoir le représentant de cette association. Et ce n’est uniquement après cette audition qu’il devra transmettre à l’avocat la copie du CD-Rom d’instruction. Face à ce refus, justifié par les mots du juge lui-même que l’association et son avocate sont "médiatisées à l’extrême", Me Grimaud a fait appel devant le président de la chambre de l’instruction. Selon nos informations, ce dernier a indiqué ne pas avoir lieu à examiner cet appel. Me Grimaud devait faire, à nouveau, en fin de semaine dernière une demande de transmission de dossier.



"La justice a peur des fuites dans la presse dans ce dossier. Les juges ne veulent pas des mêmes dérives dans les autres dossiers de disparitions d’enfants. Ces associations pourront in fine se constituer partie civile. Elle sera recevable au moment du procès", souffle un initié de l’arrière-chambre des cabinets d’instruction.

VIDÉO - Nordahl Lelandais : quelle est vraiment la personnalité de celui qui a tué Maelys.



Eviter des acquittements

Une critique directement adressée à Me Marie Grimaud : " Il y a eu des fuites dans la presse dès le début de l’instruction. Et je n’avais pas accès au dossier !", rappelle l’avocate qui affirme avoir reçu, via l’association, un certain nombre de courriers qu’elle souhaiterait pouvoir verser au dossier. "Certains sont anonymes, d’autres pas. Certains apportent des précisions sur le parcours de Nordahl Lelandais, ils pourraient aider d’autres dossiers de disparitions non résolues ", poursuit-elle.



Elle a porté connaissance aux juges de l’existence de ces courriers et réclame une audition de sa cliente, la responsable de l’association. "Le juge ne veut pas l’entendre car il serait obligé ensuite de nous laisser accéder au dossier. Mon expérience me fait dire qu’il faut fermer toutes les portes avant la comparution devant une cour d’assises. La moindre brèche peut être forcée par la défense et conduire à un acquittement."

D’autres associations ont, selon nos informations, récemment fait des demandes de parties civiles, dans l’espoir de lire le dossier. La Voix de l’Enfant et l’Enfant Bleu ont écrit en ce sens au juge d’instruction il y a deux semaines. "Je regrette qu’on nous oppose l’accès au dossier. Mais je le comprends car il y a eu des dérives de constitution abusive", estime Me Yves Crespin, avocat de ces deux associations. Qui conclut : " Ce n’est pas essentiel mais ça peut être important".
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
9 - 2 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10