|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
11 Personne(s) en ligne (10 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 11

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Disparition de Tiphaine Véron : le parquet de Poitiers ouvre une enquête pour enlèvement et séquestration. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/09/2018 15:37
La marraine d’Angelina, la petite fille de Sylviane Finck: «La justice va enfin pouvoir se faire»... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/09/2018 10:06
Affaire Dutroux: Jean-Denis Lejeune amer envers le monde politique à propos du projet de libération de Marc Dutroux. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/09/2018 09:39
VIDEO. Autisme : quand toute une classe de CE1 remercie Paul pour lui avoir appris la différence, la patience, la bienveillance... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 16/09/2018 14:12
Le père d’Eefje va porter plainte contre Bruno Dayez, l’avocat de Marc Dutroux. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/09/2018 12:01
Les parents d'Arthur Noyer passent « en mode guerrier ». Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/09/2018 16:03
Affaire Grégory Villemin La femme et la fille du juge Lambert vont poursuivre France 2 pour diffamation et atteinte à la mémoire d’un mort. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/09/2018 15:57
Nordahl Lelandais: pourquoi tant d'attente avant un procès ? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 12/09/2018 09:30
Affaire Grégory Villemin : Murielle Bolle peut-elle faire annuler sa garde à vue de 1984 ? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 12/09/2018 09:20
Disparus du fort de Tamié : l'homme sur les vidéos filmées en 2012 n'est pas Nordahl Lelandais. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 10/09/2018 10:39

Affaire des disparus de Mirepoix (Christophe et sa fille Célia Orsaz) : une enquête tentaculaire…

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 25/06/2018 10:14:35

«On ne pouvait pas faire plus : on a engagé tous les moyens dont on dispose», explique le colonel Philippe Coué, patron de la section de recherches (SR) de Toulouse, en charge de l'enquête des «Disparus de Mirepoix». Pendant des mois, des dizaines de gendarmes ont œuvré dans l'ombre pour comprendre l'inexplicable : comment Christophe et Célia Orsaz ont-ils pu se volatiliser ainsi le 30 novembre 2017, en Ariège ? C'est le petit ami de Célia, qui l'attendait ce jour-là à la gare de Toulouse, où elle devait arriver par le train depuis Pamiers, qui a donné l'alerte. La SR de Toulouse, compétente dans les huit départements de l'ex- Midi-Pyrénées, juge d'emblée cette disparition inquiétante et sera saisie le 3 décembre.

Le groupement de l'Ariège engage de son côté d'importants moyens de recherches sur le plateau de Picaussel et parvient à localiser, dans la partie audoise du bois, le Renault Kangoo des victimes incendié dès le 1er décembre. Il avait été vu pour la dernière fois vers 16 h 30 la veille, à Lavelanet, en provenance de Mirepoix où Christophe Orsaz vivait à cette époque. La première semaine, une cinquantaine de militaires ont été dépêchés sur place. Pas d'armes, ni de scène de crime ou de corps : les gendarmes se concentrent sur la piste criminelle. Le 8 décembre, le parquet de Foix ouvre une information judiciaire.

Dès lors, une cellule nationale d'enquête criminelle est dédiée au dossier. Huit personnels, issus de la SR de Toulouse, de la brigade de recherches (BR) et de la brigade territoriale (BT) du groupement de l'Ariège, s'installent à temps plein dans les locaux de l'escadron de Pamiers où ils ont pu compter sur l'expertise d'un collègue spécialiste d'AnaCrim, un logiciel de police judiciaire.

Pendant ce temps, la météo s'en mêle. Il a beaucoup neigé, le terrain est escarpé, truffé de gouffres et de lacs. Mais les militaires ne désarment pas, bien au contraire. La BR de Pamiers et les personnels de la SR de Toulouse ont reçu le renfort de leurs homologues de l'Aude, un appui aérien de la gendarmerie des transports aériens (GTA) et d'équipes cynophiles. «C'est une opération hors norme au regard de la durée des recherches», note le colonel Coué. Cinq mois de fouilles au sol exactement et des kilomètres de vidéosurveillance visionnés. Dans la forêt de Picaussel, les pelotons de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de l'Ariège, de la Haute-Garonne et de l'Aude quadrillent les lieux. Les légionnaires de Castelnaudary prennent part au ratissage pendant que la section de fouilles opérationnelles spéciales (FOS) de Montauban les rejoints. Les équipes cynophiles déploient alors des chiens spécialisés en restes humains et d'autres en recherche de personnes vivantes. S'il est maigre, l'espoir est encore présent.

Deux alibis «bétons»

Les spéléologues du PGHM d'Oloron-Sainte-Marie explorent les 50 gouffres de la forêt de Picaussel tandis qu'un drone et un hélicoptère de la GTA survolent les lieux pour affiner les cartes IGN. Même les lacs ont été sondés par la brigade nautique de Saint-Cyprien avec l'appui du sonar de la brigade fluviale de Strasbourg. Bien sûr, en parallèle, le véhicule a été passé au peigne fin. «Il y a eu un gros, gros travail dessus qui s'est avéré négatif», souligne le colonel Coué.Mais les pistes se réduisent notamment grâce aux 400 auditions réalisées.

Dont celles de Marie-José Montesinos et Jean-Paul Vidal qui ont fourni des alibis «bétons», comme on dit dans le jargon. Ils citent alors le nom de deux personnes : un ami du carrossier et l'ex-mari de l'infirmière qui ont été placés en garde à vue en même temps que le couple avant d'être libérés. Face aux premières déclarations des deux assassins présumés, les militaires de la SR ne sont guère convaincus. Le Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale, basé à Pontoise, missionne ses experts téléphoniques de l'Institut criminel. Et ça «matche».

Reste à procéder aux interpellations et placer les deux amants face à leurs contradictions. Le service central de renseignement criminel du Pôle judiciaire envoie des comportementalistes pour cerner ces personnalités atypiques. Malgré une détermination qui, un temps, paraissait sans faille, les «amants diaboliques» ont craqué. D'abord lui, puis elle.

https://www.ladepeche.fr/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
0 + 4 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10