|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
14 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 14

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Tiphaine Véron : toujours zéro trace de la Française disparue au Japon... NE L'OUBLIONS PAS!

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 19/01/2019 14:20:51

« Il faut continuer de faire parler de Tiphaine, pour que l’on ne l’oublie pas et que l’enquête continue ! Et malheureusement, l’enquête peut durer encore très longtemps… » explique Sybille Véron, la sœur de Tiphaine. Avec son frère Damien Véron, ils se rendent très régulièrement au Japon pour être au plus près de l’enquête. Leur dernier voyage remonte au 24 décembre, et malheureusement l’enquête n’a pas vraiment avancé. Le 18 décembre, la famille Véron a été reçue par la police japonaise et l’ambassadeur français, dans l’espoir d’obtenir quelques informations sur le travail qui est opéré en ce moment : « Nous savons qu’il n’y aura pas de nouvelles recherches sur le terrain spécifiquement pour Tiphaine (dans la rivière ou dans la forêt) tant qu’aucun indice ne permettra d’aller dans une direction en particulier. Une surveillance en hélicoptère est assurée régulièrement dans la région de Nikko, parce que c’est une zone montagneuse et on sait qu’une « attention particulière » est portée à Tiphaine lors de ces sorties aériennes. »


Malgré les efforts des services de police japonais, un point majeur reste encore dans l’ombre à ce jour : le téléphone de Tiphaine. Ce dernier n’a toujours pas pu être localisé et les démarches de mandats auprès des opérateurs privés sont très longues et compliquées : « Il est possible de récupérer des données du téléphone de Tiphaine, même si c’est un téléphone étranger sur le sol japonais, mais à ce stade ce n’est toujours pas le cas. Nous ne comprenons pas ce qui coince. Ça pourrait pourtant faire avancer l’enquête… L’attente est très difficile pour notre famille. » À ce jour, la police japonaise a envoyé le rapport d’enquête à la justice française de Poitiers en charge du dossier « enlèvement et séquestration », qui a été ouvert le 14 septembre, lors de la coopération judiciaire internationale qui lie la France et le Japon. Ce dossier est pour l’instant en cours de traduction.



Pour moi, il ne peut s’agir que d’un enlèvement…



Les ressentis de la famille sur l’enquête


Pour Sybille et son frère, les autorités sur place sont investies dans l’enquête sur la disparition de leur sœur : « Les enquêteurs n’ont pas compté leur peine pour regarder des caméras de surveillance et en plus, ils prenaient le temps de nous expliquer leurs démarches. Il y a eu une battue le 10 août avec survol, en hélico et en drone, de la rivière, puis des recherches à pied dans la rivière le 26 octobre sur 3 km à partir du pont Rouge à Nikko. » Malgré les recherches, Tiphaine est toujours portée disparue et certains témoignages n’ont pas été entendus directement. Et aujourd’hui, selon Sibylle, tous les experts qu’ils ont pu rencontrer ne croient pas une seconde à la piste accidentelle. « Pour moi, il ne peut s’agir que d’un enlèvement… Et l’association des compétences est forcément utile dans ce genre de cas, non ? » explique-t-elle. « Il est urgent que les policiers japonais de la préfecture de Tochigi s’accordent avec des brigades spécialisées. Nous avons entendu dire que les policiers de la préfecture de Kanagawa, par exemple, sont extrêmement habitués à résoudre ce genre d’affaires. Peut-être pourraient-ils travailler ensemble ? »


La géolocalisation du téléphone de sa sœur reste le dernier espoir pour avoir des informations supplémentaires sur son emploi du temps, et même quelques minutes d’écoute pourraient être révélatrices. La distance et la barrière de la langue sont aussi des problèmes majeurs pour Sibylle et son frère : « Si nous parlions japonais, je suis sûre que nous pourrions appeler les policiers directement, ils ont toujours été accessibles et à l’écoute de notre famille. Pour compenser cette « distance », nous avons des interlocuteurs réguliers : l’interprète de la police, l’équipe de l’Ambassade, l’Ambassadeur lui-même et en France, l’équipe de crise du Quai d’Orsay. »

https://lepetitjournal.com/tokyo/tipha ... n-japon-disparition-nikko
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
6 - 2 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10