|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
28 Personne(s) en ligne (26 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 28

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Disparition de Tiphaine Véron : les loupés des enquêteurs japonais...

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 29/01/2019 12:46:20

Les proches de la Française disparue depuis six mois estiment que les enquêteurs locaux ont négligé de nombreuses pistes, notamment l’analyse de ses appels téléphoniques ou de ses connexions Internet.
C’est un élément central de toute enquête. Encore plus en cas de disparition : l’analyse des données issues des téléphones, des ordinateurs ou de tout objet connecté. Des investigations élémentaires qui n’ont pas encore été réalisées dans le cadre de la disparition de Tiphaine, cette Française partie en voyage au Japon et dont la famille est sans nouvelle depuis le 29 juillet.

Sur le sol japonais, elle était munie de son smartphone français, enregistré chez l’opérateur Free. Dans le cadre de l’information judiciaire ouverte à Poitiers, ce dernier a rapidement communiqué les données en sa possession.



Mais au Japon, avec le « rooming » - le partage de réseaux entre opérateurs -, le téléphone de la Française était enregistré chez Softbank, une marque locale. En parallèle, Tiphaine s’est connectée par wi-fi dans les deux hôtels où elle a logé. Enfin, le téléphone est repérable via les données GPS qu’il transmet au réseau. Autant d’éléments qui pourraient donner une indication de l’heure et du lieu où le téléphone de Tiphaine a été activé pour la dernière fois.

Sauf que, côté japonais, « il n’existe officiellement aucunes données jointes à l’enquête », se désespère Sybille Veron, la sœur de Tiphaine. Si certaines pourraient finalement avoir été intégrées au rapport d’enquête japonais, en cours de traduction, « j’ai le sentiment que les enquêteurs n’en disposent pas », se désole Sybille. Ce qui ne manque pas d’attiser la frustration et l’angoisse de la famille de Tiphaine.

« C’est insupportable. La clé de sa disparition est peut-être là. Le pire, c’est qu’il est peut-être déjà trop tard, et que ces données ne sont plus disponibles car effacées par les opérateurs. »

http://www.leparisien.fr/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
2 + 4 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10