|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
14 Personne(s) en ligne (13 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 14

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Tiphaine Véron, Française de 36 ans. L'enquête japonaise épluchée

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 26/03/2019 12:34:48

La disparition de Tiphaine Véron au Japon, le 29 juillet 2018, reste une énigme, huit mois après sa disparition (lire repères). Mais depuis notre dernière publication sur le sujet (édition du 22 février), quelques nouveautés sont apparues. Nous avons notamment eu confirmation que l'opérateur téléphonique de l'auxiliaire de vie scolaire à Poitiers, Free, avait pour partenaire commercial Soft bank au Japon.
« Pour la famille, c'est à la fois un soulagement et une frustration » Selon nos informations, Free a demandé (au moins à deux reprises) à son homologue nippon les « cellules » (données). Mais ces demandes, qui reposent sur la bonne volonté de l'opérateur, n'auraient pas appelé de réponse. Sollicité, le service de presse de l'opérateur Soft bank n'a pas répondu à nos questions.

Hasard du calendrier, un élément plus capital a fait le voyage depuis le pays du Soleil-Levant : le rapport d'enquête des policiers japonais, enfin traduit en français, réceptionné par la juge d'instruction en charge du dossier à Poitiers, dans le cadre de l'information judiciaire ouverte pour « enlèvement et séquestration ».

La famille a également accès à ces informations. Selon une source proche de dossier, elle a notamment pu découvrir que la police japonaise avait obtenu de Soft bank des données téléphoniques : « Ce n'est pas complet mais les enquêteurs ont fait des demandes auprès de Soft bank. Pour la famille, c'est à la fois un soulagement d'obtenir ces informations et une frustration parce qu'elle n'a pas plus de réponses à ses questions? La famille attend de savoir comment elle peut orienter les investigations pour en savoir plus sur la disparition de Tiphaine. »
Tiphaine Véron a reçu plusieurs appels à 23 heures (heure locale) Il manque encore les précieuses données de géolocalisation. La dernière preuve de vie de Tiphaine Véron provient d'une photographie prise par des touristes allemands au matin du 29 juillet 2018. On sait que son portable a borné sur le wifi de l'hôtel de Nikko à 11 heures. Le rapport des policiers japonais indique que son portable Samsung a reçu plusieurs appels à 23 heures (heure locale) auxquels elle n'a pas répondu (ou pas pu répondre ?). Mais une fois de plus, à cette heure précise, on ne sait pas où le portable de Tiphaine Véron se trouve précisément, en l'absence de données de géolocalisation. C'est tout l'enjeu des recherches. Sans ces précieuses informations, impossible de retracer le parcours de la Poitevine.

Comme nous l'avions déjà indiqué, la famille Véron attend désormais beaucoup de la rencontre ? la première en huit mois ? avec la juge d'instruction, courant avril. L'enquête japonaise étant bouclée, des investigations françaises vont-elles prendre le relais ?
La famille Véron a lancé une cagnotte pour l'aider au financement des recherches au Japon sur le site Le Pot commun.

Repères
Déjà huit mois d'une enquête troublante
Le 27 juillet 2018, Tiphaine Véron avait atterri à l'aéroport international de Tokyo (Japon) où elle devait passer trois semaines de vacances dans le pays. Descendue dans un hôtel de Nikko, dans une ville touristique à 150 km de la capitale, Tiphaine Véron est officiellement portée disparue, le 29 juillet 2018. Courant août, la soeur et les deux frères de Tiphaine participent aux recherches avec les policiers nippons pendant que la maman, Anne Désert, adresse un courrier au président de la République, Emmanuel Macron, pour « réclamer plus de moyen de recherches ». Le 17 octobre 2018, Sibylle Véron, soeur de Tiphaine et journaliste, interpelle Emmanuel Macron dans la cour de l'Élysée à l'occasion de la visite du Premier ministre japonais, Shinzo Abe. Le 10 novembre 2018, près de 500 citoyens participent à une marche à Poitiers « pour retrouver Tiphaine » et continuer à faire pression. Une déclaration de « présomption d'absence » a été déposée au tribunal d'instance de Poitiers le 20 février. Courant mars, le dossier d'enquête japonais enfin traduit a été adressé à la juge d'instruction et à la famille.

https://www.centre-presse.fr/article-6 ... e-japonaise-epluchee.html
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
9 + 9 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10