|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
9 Personne(s) en ligne (9 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 9

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Disparition très inquiétante de Sophie Le Tan.L’appartement de Jean-Marc Reiser à nouveau perquisitionné à Schiltigheim.

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 27/06/2019 13:12:13

Ce mercredi vers 8h30, Jean-Marc Reiser, l’assassin présumé de Sophie Le Tan, a été extrait de sa cellule à la maison d’arrêt de Strasbourg pour assister à une nouvelle perquisition de son domicile au 1 rue Perle à Schiltigheim. C’est à cet endroit que l’étudiante de 20 ans a disparu le 7 septembre 2018 alors qu’elle allait visiter un appartement.

Menotté, vêtu d’un gilet pare-balles et escorté par la brigade de recherches et d'intervention de Strasbourg, Jean-Marc Reiser, 58 ans, est arrivé vers 9 heures au pied de son ancien immeuble. Sa présence était obligatoire afin que puissent être menées des investigations complémentaires, ordonnées sur commission rogatoire de la juge en charge de l’instruction de l’affaire, Eliette Roux.

La police judiciaire et l’identité judiciaire – un service spécialisé en investigations techniques et scientifiques – ont exploré le petit appartement, situé au sixième et dernier étage d’un immeuble comptant une vingtaine de logements sociaux. Ils ont fouillé la pièce de vie prolongée d’un balcon, la cuisine et la salle de bains. Au sous-sol, la cave utilisée par le quinquagénaire pour stocker du matériel a aussi fait l’objet de recherches.

Sous des cris de haine et les insultes de quelques riverains
Jean-Marc Reiser est « resté spectateur » dans la mesure où « il ne s’agissait pas d’une audition, précise Me Pierre Giuriato, l’un de ses avocats qui l’a assisté pendant cette matinée. Le mis en cause a simplement « précisé la nature et l'origine de certains effets personnels de manière spontanée ». Des objets ont été saisis « dans l’appartement ainsi que dans la cave » et placés sous scellés en vue d’être analysés.

Pour ces investigations complémentaires, les abords du 1 rue Perle avaient été sécurisés par un important dispositif policier. Ce déploiement de forces de l’ordre autour de l’immeuble a alerté les habitants. Vers 13h45, c’est sous des cris de haine et les insultes de quelques riverains, que Jean-Marc Reiser est remonté dans le véhicule qui l’a ramené à la maison d’arrêt.

Des traces de sang déjà mises en évidence
Une première perquisition avait eu lieu en septembre 2018 dans le cadre de sa garde à vue. Des expertises, menées par l’Institut national de police scientifique, ont révélé la présence du sang de Sophie Le Tan sur le sol du logement, ainsi que sur le manche d’une scie qui se trouvait dans sa cave. Des traces de sang de la jeune femme ont encore été mises en évidence sur des chaussures appartenant à l’unique suspect.

A l’aune des éléments matériels recueillis par la police, le suspect a été longuement interrogé par la juge d’instruction le 5 octobre puis le 28 mars dernier. Le quinquagénaire au lourd passé judiciaire a reconnu que l’étudiante était bien montée dans son appartement le jour de sa disparition mais il a nié lui avoir fait du mal. Malgré d’importantes recherches, le corps de Sophie Le Tan n’a pas été retrouvé

https://www.dna.fr/edition-de-strasbou ... uisitionne-a-schiltigheim
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
5 + 6 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10