|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
18 Personne(s) en ligne (17 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 18

plus...

Disparition d'Amandine Estrabaud : le procureur demande le renvoi du suspect devant la cour d’assises.

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 25/04/2019 15:59:03

Guerric Jehanno, le principal suspect dans la disparition d’Amandine Estrabaud, le 18 juin 2013 dans le Tarn, pourrait être renvoyé devant la cour d'assises pour enlèvement séquestration, viol et meurtre. Le corps de la jeune femme n'a jamais été retrouvé.
A l'issue de l'instruction terminée il y a un peu plus d'un mois, le procureur de la République de Toulouse a demandé dans son réquisitoire définitif, ce jeudi, que Guerric Jehanno, suspecté d’être responsable de la disparition d’Amandine Estrabaud il y a bientôt 6 ans à Roquecourbe dans le sud du Tarn, soit renvoyé devant la cour d’assises pour enlèvement, séquestration, viol et meurtre. C'est aux juges d'instruction chargés de cette affaire de se prononcer maintenant et d'ordonner ou non la mise en accusion du suspect d'une trentaine d'années, mis en examen et écroué depuis avril 2016.

Dans ce document, le procureur reprend toutes les charges accumulées durant l'instruction.

"C'est cohérent et c'était attendu", explique Maître Pierre Debuisson, l'avocat de la famille d'Amandine, certain de la culpabilité du suspect et qui s'attend donc à ce que les magistrats instructeurs confirment ce réquisitoire et renvoient Guerric Jehanno devant la cour d'Assises du Tarn à Albi "qui le condamnera à 30 ans d'emprisonnement". Un procès qui pourrait se tenir d'ici septembre ou octobre 2020.

Car si Guerric Jehanno est mis en accusation par les juges d'instruction, il devrait faire appel de cette décision en saisissant la chambre d'instruction. Le jeune homme nie en effet depuis le début son implication dans la disparition de la jeune femme qui n'a plus donné signe de vie depuis le 18 juin 2013 et dont le corps n'a jamais été retrouvé. Son avocat Maître Simon Cohen, convaincu de l'innocence de son client victime selon lui d'une «tragique erreur judiciaire» à cause d'un «acharnement qui conduit à l'aveuglement» estime en effet «qu'il n'y a pas l'ombre d'un micro-élément» contre Guerric Jehanno dans ce dossier alors que «tout a été passé au peigne fin».

Elle disparaît en rentrant du lycée
Le 18 juin 2013, Amandine Estrabaud est partie vers midi du lycée professionnel Anne-Veaute de Castres, où elle était assistante d’éducation, pour rentrer en stop dans son pavillon de Roquecourbe dans le hameau de Cantegaline.

Selon les enquêteurs, Amandine devait connaître son agresseur. Une voisine a notamment aperçu un homme, dont la description physique et vestimentaire correspondrait à Guerric Jehanno, devant la maison d’Amandine le jour de sa disparition. Ce dernier, originaire également de Roquecourbe et qui aurait eu le béguin pour Amandine à une époque, savait qu’elle venait de se séparer de son compagnon avec qui elle résidait à Castres. Les gendarmes ont également réussi à déterminer que le suspect, qui ce jour-là travaillait sur un chantier en tant que maçon non loin du domicile de la jeune femme, aurait fait des recherches sur internet pour trouver la maison de Roquecourbe où Amandine habitait depuis sa séparation.

En détention, Guerric Jehanno aurait aussi fait des confidences à plusieurs co-détenus s'accusant de la disparition d'Amandine, faisant même un plan de l'endroit où il aurait enterré le corps. Mais de nombreuses fouilles, qui ont eu lieu dans les bois aux alentours de Roquebourbe, n'ont rien donné.

En janvier 2019, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse avait rejeté la demande de « démise en examen » de l’avocat de Guerric Jehanno, Maître Simon Cohen qui avait aussi demandé en vain à plusieurs reprises sa remise en liberté. Elle avait estimé qu’il y a suffisamment d’indices « graves, sérieux, nombreux et concordants » contre le jeune homme.

https://www.ladepeche.fr/2019/04/25/di ... t-devant-la-cour-dassises,8166033.php
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
4 - 1 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10