|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
19 Personne(s) en ligne (18 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 19

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Il y a 20 ans, à Tilly-sur-Seulles. L’affaire Godard, un des plus énigmatiques faits divers de ces 50 dernières années. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/08/2019 16:07
Affaire Paquita Parra: le corps va être exhumé..."On n'est pas si loin d'aboutir", selon l'avocate de sa famille. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/08/2019 14:51
Wintzenheim : enlèvement de la petite la petite Elisabeta : ouverture d'une information judiciaire... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/08/2019 14:31
Nora Quoirin, 15 ans. La mort de la jeune Nora en Malaisie pose question: “Tout est possible”. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/08/2019 14:20
Le corps retrouvé en Malaisie est celui de l’adolescente franco-irlandaise disparue Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/08/2019 16:49
Information judiciaire ouverte ce mardi après l'enlèvement d'un bébé par sa mère (annonce le parquet de Colmar ce mardi). Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/08/2019 13:50
Disparition de Nora Quoirin ,une ado franco-irlandaise en Malaisie: un corps découvert.( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/08/2019 13:22
Hondelatte raconte - Stéphane Moitoiret, un fou en prison ? #REDIFF SAISON 2018 - 2019 15h31, le 09 août 2019. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/08/2019 11:03
".L'idée de Marc Dutroux était de créer une colonie souterraine d'enfants enlevés, révélé dans un entretien accordé au Soir Mag à Julien Pierre, son ancien avocat, décédé hier vendredi 09/08/2019 . Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 10/08/2019 12:49
DISPARITION INQUIETANTE de Théo Hayez: les volontaires font appel à des plongeurs pour inspecter les eaux des environs de Byron Bay. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 09/08/2019 11:41

Re :Procès Alexandre Junca , appelé à la barre, le "monstre" se livre...

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 08/06/2016 09:12:34

Au premier jour du procès, la cour a entendu les deux auteurs présumés de l'agression mortelle, Mickaël Baehrel et Christophe Camy.

Les scellés dans les cartons, dont le vélo d'Alexandre Junca, exposés dans la salle de la cour d'assises de Pau. Les scellés dans les cartons, dont le vélo d'Alexandre Junca, exposés dans la salle de la cour d'assises de Pau. AFPPhoto:
Des quatre accusés qui prennent place derrière le box transparent, c’est le regard de Mickaël Baehrel qui vous frappe en premier. Glaçant, quasi insoutenable, il vous emporte dans l’horreur avec lui un soir de juin 2011. "Je me souviens de lui avoir donné un coup de marteau, de face, sur le front. Des coups de pied, des coups de poing (…) J’ai ensuite transporté le corps de l’enfant avec Christian Pierre (un SDF décédé depuis) jusque chez Fatima (sa compagne). On l’a déposé dans l’immeuble en face, on l’a enroulé dans une couette parce qu’il saignait". L'homme au visage blême a beau murmurer les mots au micro, on les entend résonner dans la salle d’audience de la cour d’assises de Pau. Avant de les voir s’échouer sur le banc des parties civiles.

Valérie Lance, la mère d'Alexandre Junca, s’affaisse un instant, puis se relève dans un souffle comme pour reprendre un peu vie. Les mains des uns et des autres se serrent un peu plus fort. De cette journée où il a beaucoup bu et beaucoup fumé, Mickaël Baehrel, 30 ans, jugé pour "vol avec violences ayant entraîné la mort", ne sait rien expliquer. "Je n’arrive pas à dire pourquoi je suis arrivé à un tel niveau de violences, c'est une honte pour moi (...) J'ai brisé sa vie, la mienne. J'ai écouté sa maman ce matin. Ça fait mal d'entendre ça. Je suis impardonnable, lâche-t-il. Oui, il ne m’a rien fait. Ça aurait pu être sur quelqu’un d’autre".

"Peut-être si j'avais pas volé le portable..."

Mais ce soir-là, c’est Alexandre Junca qui a emprunté ce chemin maudit. L’enfant de 13 ans rentrait à vélo lorsque Christophe Camy l’a interpellé. "Excuse-moi jeune homme, tu aurais l’heure ?" Le deuxième accusé à la voix mécanique raconte en mimant. "Il m’a donné l’heure, je l’ai pris par le col, comme ça, et je lui ai arraché son portable". Après, poursuit Camy, "le petit est allé poser son vélo. Il est revenu vers moi et m’a dit 'rends-moi mon portable'. Entre-temps, Baehrel l’avait pris. Je lui ai dit 'tu vois avec lui'. Baehrel a mis le portable dans sa poche, il a poussé le gamin qui est tombé sur les fesses. Après, j’ai vu Baehrel sortir un marteau et je suis parti en courant". "Peut-être si j’avais pas volé le portable, le petit serait pas décédé", reconnaît-il en présentant "ses excuses" à la famille. "Voilà, j'ai rien d'autre à ajouter".

Un temps plus tard, Christophe Camy est debout, le doigt pointé en direction du président, et il a encore quelque chose à dire. "Quoi, quoi, qu’est-ce qu’il y a ? Vous m'accusez de meurtre ! Je n'ai pas frappé l'enfant !" Le micro a valsé, les policiers derrière lui se sont rapprochés. Il hurle. En quelques secondes, l'accusé de 28 ans, agacé par les questions pressantes du président pointant les contradictions de son récit, laisse éclater sa colère jusque-là contenue. Une impulsivité qui puise, selon lui, sa source dans l'enfance. "Je suis très nerveux depuis la naissance, je peux faire du mal, je peux taper dans tous les sens, expliquait-il calmement une heure plus tôt. J’essayais de ramener des notes du mieux possible (sic) et mon père me donnait des coups de pied. Un jour, il est passé à l’acte et m’a violé". Il raconte ça d'un trait, dans une salle qui reste interdite. Aujourd'hui, dit-il, "je suis suivi par des psychiatres et ça va mieux. On a trouvé un traitement qui m'apaise".

"Je suis devenu un monstre"


Durant ses longues d'heures d'audition, Mickaël Baehrel a également laissé entrevoir le côté sombre de sa personnalité. "Soumission ? J’y comprends rien moi à ces questions", s'emporte-t-il après celle d'une avocate qui lui demande de préciser sa relation avec l'accusé Claude Ducos. Durant son audition à la barre, Mickaël Baehrel a raconté comment le chasseur de Cabidos, qui lui filait quelques billets en échange de fellations, est venu l'aider pour se débarrasser du corps d'Alexandre. "Je ne savais pas qu’il l’avait démembré avant de voir les sacs dans la voiture", assure Baehrel, qui juge cet acte "choquant". Un peu plus tôt, le principal accusé avait pourtant lui aussi reconnu : "L’alcool m’a rendu violent, je suis devenu un monstre".


Le principal accusé au procès du meurtre d'Alexandre Junca, collégien tué en 2011 pour le vol de son portable, a glacé mardi la Cour d'assises de Pau en décrivant le "déchaînement de violences" qui l'a vu porter les coups de marteau mortels, avant que le corps soit démembré.

"Il ne m'a rien fait. Je n'arrive pas à expliquer pourquoi je suis arrivé à un tel niveau de violences ce soir-là, c'est une honte pour moi", a déclaré Mickaël Baehrel, un SDF de 30 ans, en décrivant la soirée du 4 juin 2011 durant laquelle Alexandre Junca a été agressé dans le centre de Pau, d'abord détroussé de son portable, puis tombé sous une pluie de coups.

Baehrel, qui trainait ce soir-là dans le centre de Pau en compagnie d'un des co-accusés, Christophe Camy, 28 ans, et de Christian Pierre, un autre marginal décédé depuis, avait "énormément bu, pris de la drogue". Il dit avoir alors croisé alors Alexandre, qui venait de se faire prendre le portable, que son acolyte Camy tenait en main.

L'adolescent, après avoir posé son vélo, serait revenu vers eux reprendre son téléphone ? Sans parvenir à expliquer pourquoi ou comment, Baehrel décrit les premiers coups qui partent, avec un marteau qu'il portait sur lui.


"Après les coups de marteau, je porte des coups de pieds, de mains"


"Je me souviens d'avoir donné un coup de marteau sur le front, de face", puis d'autres, a déclaré le marginal. "Après les coups de marteau, je porte des coups de pieds, de mains", alors qu'Alexandre est à terre. Des coups sont aussi portés par Christian Pierre, tandis que Camy prend la fuite, apeuré. "La majeure partie des coups, c'est moi qui les ai portés". Le corps est transporté jusqu'à l'appartement de Fatima Ennajah, son ex-compagne, co-accusée.

Il a raconté ensuite comment un autre des co-accusés, Claude Ducos, auquel il avait confié avoir "fait une connerie", lui a dit qu'il allait "l'aider" et a emmené le corps.

"Je ne savais pas qu'il l'avait démembré"

Quelques jours plus tard, le septuagénaire est revenu chercher Baehrel avec son 4X4, l'emmenant vers la rivière "pour aller cacher le corps, en morceaux dans des sacs plastiques. Je ne savais pas qu'il l'avait démembré. Je ne le savais pas, ça."

A l'évocation des faits, la mère d'Alexandre est en larmes. Le père pleure à sa façon, impassible en silence. Tandis que méthodique, le président François Bobille traque des timings qui "ne collent pas".

VIDEO. Procès du meurtre d'Alexandre Junca : "J'ai honte, je suis impardonnable" a déclaré le principal accusé


VIDEO. Meurtre d'Alexandre Junca : "ce matin, il est revenu parmi nous" dit l'avocate de la famille

Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
1 + 3 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10