|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
18 Personne(s) en ligne (18 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 18

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
La bronchiolite touche 30 % des bébés de moins de 2 ans chaque hiver. Une épidémie est en cour... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2019 15:35
RESEAUX SOCIAUX-> DANGER !!!une nouvelle technique mise en place par des gens malintentionnés pour localiser ou « stalker » des personnes. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2019 14:16
Léa Petitgas, 20 ans, a disparu il y a deux ans jour pour jour... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2019 13:47
Tarn-et-Garonne : les agressions sexuelles sur mineures d'un éducateur sportif ignorées pendant des années... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2019 13:39
C’était il y a 75 ans: la bataille des Ardennes, un des épisodes les plus sanglants de la Seconde Guerre mondiale. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2019 12:35
Martine Escadeillas : Ramonville-Saint-Agne. 33 ans après, un face à face dans l’indifférence... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2019 12:22
Affaire Grégory Villemin: La série Netflix sur l'affaire Grégory «attise la haine»... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2019 12:14
Grace WEISS, 5 mois . Ce mercredi, le tribunal correctionnel de Charleroi a examiné ce dossier difficile. «un Roméo et Juliette… à coups de machette! »... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2019 12:05
Lucas, 5 ans, distribue des viennoiseries aux SDF à Amiens... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 12/12/2019 14:44
Affaire Daval: Alexia a-t-elle été empoisonnée? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 12/12/2019 14:13

Re : Procès en appel de l'affaire Alexandre : la parole aux parents, avec douleur et dignité.

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 16/12/2016 11:11:13

Durant l'après-midi du deuxième jour du procès en appel de l'affaire Alexandre, la cour a laissé la parole à Valérie Lance et Philippe Junca, les parents d'Alexandre. Ils ont trouvé la force et la dignité d'évoquer leur peine et l'absence de leur fils. Et même de s'adresser à Claude Ducos, l'accusé.

Ce jeudi aura été une deuxième journée très éprouvante au procès en appel de l’affaire Alexandre Junca. Claude Ducos comparait seul. Les trois autres condamnés du premier procès, à Pau en juin dernier, ont accepté leurs peines.

Les parents à la barre

Ce jeudi matin, les médecins légistes ont raconté la découpe du corps, images à l’appui. L’après midi a été marquée par l’audition des parents d’Alexandre Junca. Le père d’abord, puis la mère, Valérie Lance. En quelques minutes d'une rare intensité, elle a résumé sa peine et celle des siens. L’émotion dans la salle était palpable. Poignante, bouleversante, émouvante, épatante, les mots sont faibles. Elle a dit des choses très simples au fond : "je voulais parler d’Alexandre. On a vu des images. Mais il ne faut pas oublier que c’est un enfant. C’est notre enfant".

Elle a décrit les yeux bleus d’Alexandre. "On disait qu’il allait faire des ravages plus tard. Ces ravages, on ne les verra jamais". Sa voix s’étrangle quand elle raconte qu’elle attend qu’il rentre à la maison. "Je compte mes poussins, il m’en manque toujours un". Dans ses mots, il n'y a pas de fausse pudeur. Elle dit des choses dures à entendre quand elle raconte que pour les obsèques, on lui a remis "deux sacs dans un cercueil scellé".

"On n'a pas pu lui faire un dernier baiser". Valérie a eu un petit garçon depuis la mort d’Alexandre. Valérie Lance raconte que ce petit frère posthume, encore tout jeune, dit "qu’Alexandre est parti dans une équipe de foot et qu’il habite dans une maison rouge". Valérie Lance redoute le moment où il faudra lui dire la vérité. Elle a eu la force aussi de s’adresser à Claude Ducos.


Vos dénégations, je n’y crois pas. Je suis venue pour vous voir partir avec les menottes aux poignets. J’ai lu le dossier de A a Z. Si j'avais eu le moindre doute, je l'aurais dit. Je n’ai aucun doute. Vous êtes coupable. — Valérie Lance à Claude Ducos pendant l'audience

Image originale
Valérie Lance et les siens à l'audience © Radio France - Daniel Corsand



Le père aussi s'est adressé à Claude Ducos


Philippe Junca, le père d'Alexandre a lui aussi pris la parole. "Je vais dire à monsieur Ducos que quand on fait appel, on a des éclaircissements. Mais il répond à côté, ne sait pas. Cette attitude nous exaspère". Il dit ces mots sans élever la voix. Philippe Junca avait écrit quelques lignes mais il ne lit rien en définitive. Il a le cran de se tourner vers Claude Ducos, et, sans agressivité, il s'adresse à lui. Théoriquement, ça ne se fait pas dans une cour d'assises, mais la présidente Marie-Hélène Bui-Van sent que c'est à la fois utile et sans danger pour la sérénité des débats.

Philippe Junca dit à Ducos : "vous avez plusieurs vérités. Prenez vos responsabilités. Je veux une fois pour toutes que vous la disiez la vérité, même si elle est terrible à dire". Philippe Junca ne supplie pas : "faites-le pour nous, et peut-être pour vous". Ducos répond :"Non. Je dis toujours la vérité. Un jour on la saura. On découvrira la vérité." Les deux hommes sont les yeux dans les yeux. "Je n'y suis pour rien. Donc il y a quelqu'un d'autre. Pour moi c'est sûr !" Philippe Junca se tourne alors vers la présidente : "D'accord. Très bien. Et ben voilà. Je n'ai plus rien à ajouter".

C'était important que je dise à Ducos ce que je pense de lui. Finalement j'étais content de l'avoir entre quatre yeux. J'ne avais pas eu l'occasion auparavant. Ce n'est pas vraiment de la haine, même si j'en ai peut être au fond de moi et que je refoule, mais avant tout c'est un profond dégoût — Philippe Junca le père



https://www.francebleu.fr/infos/faits- ... -justice/fffff-1481817657
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
3 + 9 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10