|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
23 Personne(s) en ligne (21 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 23

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Re :3 ans après la disparition de Fiona et l’enquête qui a conduit à la mise en examen de sa mère et du compagnon de celle-ci pour "coups mortels aggravés", c’est la date de leur procès devant la cour d'assises qui est attendue.

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 12/05/2016 10:59:07

Image originale


Trois ans jour pour jour après la disparition de Fiona, cinq ans, à Clermont-Ferrand et l’enquête qui a conduit à la mise en examen de sa mère et du compagnon de celle-ci pour "coups mortels aggravés", c’est maintenant la date de leur procès devant la cour d'assises qui est attendue.

Personne à Clermont-Ferrand n’a oublié ce 12 mai 2013 et les jours qui ont suivi le signalement de la disparition de la petite Fiona à l’âge de cinq ans dans le parc Montjuzet qui domine la ville. De nombreux habitants se sont mobilisés pour tenter de retrouver la petite fille. L’émotion était forte et elle le reste encore trois ans après. Quatre mois après la disparition, les enquêteurs interpellent la mère de la fillette, Cécile Bourgeon, et son compagnon Berkane Maklouf. Ils avouent alors avoir inventé une disparition pour cacher la mort de Fiona.


Des responsabilités difficiles à déterminer

L’enquête et les longues recherches menées par les policiers depuis le 12 mai 2013 n’ont pas permis de retrouver le corps de la petite fille. Et comme les déclarations de Cécile Bourgeon, et son compagnon Berkane Maklhouf sur leurs responsabilités respectives dans la mort de Fiona son contradictoires, il est difficile d’en déterminer les circonstances exactes.

Dans son ordonnance du 22 octobre dernier, la juge d’instruction mentionne des coups donnés de la part des deux prévenus et elle a donc ordonné le renvoi de Cécile Bourgeon et Berkane Maklhouf devant la cour d’assises du Puy-de-Dôme. Ils sont tous les deux poursuivis pour coups mortels sur mineur de 15 ans, par personne ayant autorité ou par ascendant agissant en réunion. Ces mises en examen sont contestées par leurs avocats qui ont fait appel, des appels rejetés. L’avocat de Cécile Bourgeon, Gilles-Jean Portejoie s’est même pourvu en cassation, la plus haute juridiction française devrait bientôt se prononcer, c’est ensuite que la justice pourra fixer la date du procès devant la cour d’assises.

Un procès fin 2016, début 2017 ?

Les différentes parties ont épuisé l’ensemble des recours possibles dans cette affaire pour retarder la tenue de ce procès, que ce soit sur les mises en examen, les détentions ou encore les expertises. L’objectif était aussi de voir un peu retomber la pression et l’émotion autour de ce fait divers sordide pour que le procès se déroule dans un cadre plus serein. Mais l’émotion est encore bien présente à Clermont, où beaucoup attendent de voir Cécile Bourgeon et Berkane Maklhouf jugés, leurs confrontations devant les juges attirent d’ailleurs en général une foule haineuse que les forces de l’ordre doivent gérer.

Le procès ne devrait pas intervenir avant la fin de cette année, voire début 2017, et il pourrait bien, si les deux prévenus maintiennent leurs versions des faits, ne pas apporter plus de réponses sur les circonstances et les responsabilités dans la mort de la petite fille il y a trois ans.

***********************************************

Assises du Puy-de-Dôme : Cécile Bourgeon sur le banc des victimes pour le procès de son violeur présumé

Cécile Bourgeon, va être amenée à la Cour d'assises de Riom. Elle y sera entendue en tant que victime, dans le cadre du procès de son violeur présumé. Il s'agit d'un homme qu'elle avait accusé à tort lors de la disparition de sa fille.

Son nom est apparu quelques jours après la disparition de Fiona, lorsque la mère de la petite, Cécile Bourgeon, a tenté de mettre les enquêteurs sur sa piste. Alors qu'elle avait prétendu que l'enfant s'était volatilisée au parc Montjuzet, elle leur a indiqué qu'Adel Souissi, un homme de 34 ans qu'elle connaissait, aurait pu l'enlever pour se venger d'elle. Un an auparavant, en effet, elle avait porté plainte contre lui pour un viol datant du 5 mai 2012.

Localisé en Algérie, où il avait fui pour rejoindre sa femme et son enfant, l'homme a très rapidement été mis hors de cause dans l'affaire Fiona. Mais alors qu'il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international pour deux affaires de viol, il a été interpellé dès son retour en France, le 26 janvier 2014.

Adel Souissi est aujourd'hui poursuivi pour le viol de Cécile Bourgeon, ainsi que celui d'une autre jeune femme, le 28 avril à Clermont-Ferrand, deux affaires que la cour d'assises du Puy-de-Dôme va examiner lors d'un procès prévu sur deux journées.

Pour ce procès, Cécile Bourgeon va être extraite de la prison de Corbas, où elle détenue depuis à sa mise en examen pour coups mortels en réunion sur sa fille. Elle sera amenée à la cour de Riom, où elle aura le statut de victime.

Selon sa déposition, c'est dans une boîte de nuit clermontoise où elle était avec son petit ami qu'elle aurait rencontré son agresseur. L'homme lui aurait ensuite proposé de la raccompagner mais l'aurait conduite chez lui, où il l'aurait forcée à monter avant de la séquester et de la violer. Une agression qu'elle a fait constater par le service de victimologie du CHU Clermontois.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
0 + 7 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10