|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
11 Personne(s) en ligne (10 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 11

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Seine-et-Marne (France) et ailleurs : les cas d’adolescentes prostituées explosent. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/02/2018 13:00
Elodie Kulik : Le destin maudit de Jacky Kulik, assoiffé de justice . Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/02/2018 11:53
Meurtre d'Alexia Daval."Cynique et manipulateur", "Je pense qu'il pleurait de sa propre situation, il repensait à son acte": un profiler dresse le portrait cru de Jonathann Daval. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/02/2018 14:00
L’armée nigériane sauve 76 écolières lors d’une attaque de Boko Haram. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/02/2018 12:57
Assassinat Fanny Colmant, et David Dubois : : Valentin Devriese sera rejugé aux assises de Namur. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/02/2018 12:38
Meurtre de Patricia Bouchon : Meurtre de la joggeuse de Bouloc : le suspect se pourvoit en cassation. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/02/2018 12:35
Affaire Maëlys : Nordahl Lelandais refuse de répondre aux questions des juges d'instruction ... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/02/2018 12:16
Meurtre d'Alexia Daval. Le journaliste vedette Jean-Pierre Pernaut a asséné en direct des affirmations mal vérifiées…Il est accusé de mensonges ! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/02/2018 15:23
Autisme : un enfant qui ne réagit pas à son prénom, ce n’est pas normal . Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/02/2018 13:46
Affaire Maëlys: une cellule spéciale enquête sur le passé de Nordahl Lelandais. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/02/2018 13:07

Affaire Grégory Villemin: Marcel Jacob aurait "10 témoins supplémentaires" pour confirmer son alibi.

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 05/12/2017 12:47:04

FAIT DIVERS - Avec sa femme Jacqueline, Marcel Jacob est soupçonné de la mort de son petit-neveu Grégory Villemin en 1984. Lundi, il était entendu par la juge d'instruction, sa première audition depuis sa mise en examen en juin dernier. L'avocat de Marcel Jacob a fourni de nouveau témoignages permettant d'attester de l'alibi de son client, dit-il.

05 déc 06:32La rédaction de LCI https://www.lci.fr/justice/

Marcel Jacob "est soulagé d'avoir pu enfin s'expliquer", affirme Me Stéphane Giuranna, lundi. L'homme a été longuement entendu lundi par la juge d'instruction Claire Barbier qu'il n'avait pas revue depuis sa mise en examen en juin dernier. Marcel Jacob et sa femme Jacqueline sont soupçonnés du rapt mortel de leur petit-neveu Grégory Villemin en 1984. L'avocat du septuagénaire a affirmé avoir fourni à la magistrate de nouveaux témoignages, attestant selon lui de l'alibi de son client. "Le 16 octobre 1984, il était en compagnie de son épouse à son usine de 13 heures à 21 heures, j'ai donné de nouveaux éléments qui le confirment", a insisté Me Stéphane Giuranna, disant avoir réuni "dix témoins supplémentaires". "Il n'a pas pu s'absenter", a ajouté l'avocat, soulignant que pour sortir de l'usine, son client aurait dû "passer devant au moins quatre bureaux vitrés de la direction : immanquablement, vous vous faites prendre".



Marcel Jacob est arrivé lundi à 9 heures du matin à la cour d'appel de Dijon, sans faire de déclaration. Il a été entendu deux semaines après son épouse Jacqueline. L'interrogation a pris fin quelque peu avant 18 heures. "Une longue audition dans laquelle ont été repris les thèmes principaux, j'ai l'impression qu'enfin on a une présidente attentive, qui a entendu nos explications", s'est félicité Me Giuranna. "Ce n'est pas un dossier qui va basculer sur une audition", a toutefois tempéré le procureur général Jean-Jacques Bosc. "C'est une affaire qui sera longue, qui nécessite de nombreuses auditions, de nombreux autres interrogatoires, qui sont prévus", a-t-il ajouté. Les époux Jacob sont soupçonnés d'avoir été les "corbeaux" de l'affaire Grégory, auteurs de plusieurs lettres anonymes très bien renseignées, et d'être impliqués dans le rapt suivi de la mort de leur petit-neveu, dans le cadre d'un "acte collectif" qu'ils contestent.

Réunis d'ici la fin de l'année ?

Les deux époux ont été mis en examen et brièvement écroués au mois de juin dernier, avant d'être placés sous un contrôle judiciaire sévère, avec l'obligation de résider séparément et à une certaine distance de leur domicile, à Aumontzey, dans les Vosges. Le 20 novembre, quelques jours après avoir été entendue par la juge Claire Barbier, Jacqueline Jacob a été autorisée par la justice à rentrer chez elle. Son mari demandera le 20 décembre, devant la cour d'appel, à pouvoir la rejoindre. "J'espère que le couple Jacob fêtera Noël en famille, comme je lui ai promis", a affirmé Me Giuranna.

La justice a déjà soulevé, depuis longtemps, la question de l'emploi du temps des époux Jacob le jour de la disparition de Grégory Villemin. Dans son arrêt de 1993 innocentant Christine Villemin, la mère de l'enfant, la cour d'appel de Dijon avait relevé qu'il n'existait pas "en l'état", à leur encontre, "de présomptions suffisantes pour justifier de nouvelles investigations et a fortiori une inculpation". "A priori, ils n'étaient pas disponibles à l'heure du crime mais l'éventualité d'une absence momentanée de leur lieu de travail ne saurait être exclue. L'enquête les concernant a été entreprise trop tardivement pour avoir des chances sérieuses d'aboutir à un résultat incontestable", soulignaient à l'époque les magistrats.

Une troisième personne, Murielle Bolle, 48 ans, a été mise en examen en juin dernier dans l'affaire Grégory. Adolescente en 1984, elle avait accusé son beau-frère Bernard Laroche, avant de se rétracter. Jean-Marie Villemin, le père de l'enfant, avait tué ce dernier, son cousin, en 1985. La défense de Murielle Bolle a déposé vendredi une requête visant à faire annuler sa mise en examen, assortie d'une question prioritaire de constitutionnalité touchant aux conditions de sa garde à vue en 1984.
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
2 + 8 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10