|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
13 Personne(s) en ligne (13 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 13

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Re : Disparues de l'A6 : la mère de Christelle Maillery en a "ras-le-bol" !

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 18/06/2016 11:36:00

Le procès en appel du meurtrier présumé d'une des "disparues de l'A6" se tient jusqu'au 24 juin aux Assises de Côte d'Or à Dijon. Une épreuve pour la famille de Christelle Maillery, tuée en 1986 au Creusot.

Un an après sa condamnation à 20 ans de réclusion pour le meurtre de Christelle Maillery, tuée de 31 coups de couteau en décembre 1986, Jean-Pierre Mura est de nouveau devant la justice pour son procès en appel. Les jurés doivent rendre leur verdict vendredi 24 juin.


Une deuxième procédure en deux ans qui n'est évidemment pas facile à vivre pour les proches de la victime. Sa mère, Marie Pichon, confie en avoir "ras-le-bol : je n'en peux plus, bientôt 30 ans, je n'en peux plus". Reprendre le déroulé des faits, entendre de nouveau la violence avec laquelle sa fille a été tuée, le détail des 31 plaies, les minutes d'agonie, c'est extrêmement lourd. "Au bout d'un an (après le procès en première instance), il faut revenir dans une Cour d'Assises, recommencer, ce n'est pas possible... On le fait, mais je voudrais que ça se termine" soupire Marie Pichon.

"J'en ai marre de l'entendre, marre de le voir, il raconte n'importe quoi. Marie Pichon"

Et c'est évidemment une épreuve : Marie-Rose Blétry, de l'association Christelle, qui vient en aide aux familles victimes d'agressions criminelles, le confirme. "C'est très difficile, plus que le premier procès, parce que la première fois on ne sait pas ce qui va se passer, on découvre, mais là on sait et puis elle (Marie Pichon) se dit que l'assassin a déjà été jugé, condamné, alors pourquoi recommencer ? On a toujours l'impression que la justice est du côté des accusés et non des victimes, c'est très dur à accepter".

Ce qui fait surtout mal à cette femme, c'est de revoir cet homme, Jean-Pierre Mura : "j'en ai marre de l'entendre, marre de le voir, l'an dernier c'était le premier procès, mais cette année, je sais comment il est, il raconte n'importe quoi" explique-t-elle. "Moi je sais ce qu'il a fait, mais je ne sais pas comment les jurés vont réagir", s'inquiète la mère de Christelle.

"Je voudrais qu'il dise la vérité, pour qu'on ait la paix après. Marie Pichon"

Entourée de ses deux filles, elle fait face à l'accusé, tente de ne pas s'énerver lorsqu'elle l'entend tenir des propos incohérents, mais elle n'attend qu'une chose "qu'il dise la vérité pour qu'on ait la paix après". Elle espère une explication de la part de Jean-Pierre Mura, persuadée qu'il est le meurtrier de sa fille de 16 ans, mais elle ne se fait pas d'illusions : "il ne le dira pas, comme tous les assassins qui ne disent pas qu'ils sont coupables" regrette Marie Pichon avant de regagner la salle d'audience.



https://www.francebleu.fr/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
5 - 2 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10