|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
24 Personne(s) en ligne (23 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 24

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Meurtres des «disparues de l'A6»: « Disparues de Saône-et-Loire ». La famille refuse la fin de l’enquête sur le meurtre de Sylvie Aubert.

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 06/03/2019 17:52:37

Une audience judiciaire avait lieu ce mercredi à Dijon sur l’affaire Sylvie Aubert, une jeune femme disparue le 14 novembre 1986 et retrouvée décédée cinq mois plus tard dans une rivière. La famille de la victime refuse la fin de l’enquête. Le meurtre fait partie d’une série d’homicides dans les années 1980 et 1990 de jeunes filles, connues sous le nom des « disparues de Saône-et-Loire »

Les avocats de la famille de Sylvie Aubert, l’une des « disparues de Saône-et-Loire » tuée en 1986, ont annoncé avoir contesté ce mercredi devant la cour d’appel de Dijon une ordonnance de non-lieu rendue dans cette affaire de meurtre, refusant l’abandon de l’enquête.

Il y a encore dans ce dossier « du travail à faire qui n’a pas été fait », a indiqué, après l’audience, Me Didier Seban, l’un des avocats de la famille, précisant que « le délibéré de la chambre de l’instruction (de la cour d’appel) est fixé au 15 mai ».

Sylvie Aubert, caissière âgée de 23 ans, avait disparu le 14 novembre 1986 après sa journée de travail à Chalon-sur-Saône. Son corps avait été retrouvé cinq mois après dans une rivière à Saint-Loup-de-la-Salle (Saône-et-Loire). Elle avait été étranglée et ses mains étaient liées par un fil de fer.

Le meurtre fait partie d’une série d’homicides dans les années 1980 et 1990 - dont certains toujours non élucidés - de jeunes filles, connues sous le nom des « disparues de Saône-et-Loire » ou « disparues de l'A6 ».

« Des débuts de traces ADN, des rapprochements à faire »
« On a l’impression que le cœur n’y est plus » au tribunal de Chalon-sur-Saône, a tancé Me Seban, indiquant que l’ordonnance de non-lieu dans l’affaire Sylvie Aubert a été rendue par un juge d’instruction « il y a plusieurs mois ».

L’enquête n’a « plus les moyens » d’avancer, ce qui « pourrait être le signe que la justice veut laisser les choses en l’état », a-t-il regretté, alors qu’il y a selon lui « des débuts de traces ADN, des rapprochements à faire » avec d’autres dossiers de « disparues de Saône-et-Loire », dont certains ont abouti à des condamnations.

Plusieurs dossiers rouverts
Pascal Jardin a ainsi écopé de la perpétuité, confirmée en appel en 2018, pour le viol suivi du meurtre de 123 coups de couteau de Christelle Blétry en 1996.

En 2016, Jean-Pierre Mura avait été condamné en appel à vingt ans de réclusion pour le meurtre, en 1986 au Creusot, d’une collégienne, Christelle Maillery.

Plusieurs dossiers ont été rouverts sous l’impulsion de l’association Christelle, qui regroupe les familles d’une dizaine de ces jeunes filles tuées dans la région, et celle de ses avocats parisiens, Didier Seban et Corinne Herrmann, ceux-ci réclamant des vérifications et de nouvelles expertises.

Dans ce cadre, la gendarmerie avait notamment lancé en juin 2016 un appel à témoins dans l’affaire du meurtre de Sylvie Aubert, afin d’explorer la piste d’Ulrich Muenstermann, déjà condamné deux fois à perpétuité pour viol et meurtre.

https://www.ouest-france.fr/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
0 + 9 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10