|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
30 Personne(s) en ligne (30 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 30

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Re: VIDEOS. Meurtre de Christelle Blétry : l'effroyable secret d’un villageois ordinaire

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 13/09/2014 12:26:17

L'homme qui a reconnu avoir tué Christelle, 20 ans, en 1996 en Saône-et-Loire avait refait sa vie dans les Landes. Refoulant pendant dix-huit ans ce lourd passé.

Image originale


L’ADN de Pascal Jardin, 56 ans, a été retrouvé sur des vêtements de Christelle Blétry, tuée de 123 coups de couteau en 1996
Cet ouvrier agricole employé dans un abattoir d'élevage de cailles a été arrêté mardi à son domicile de Retjons (Landes) par les enquêteurs de la police judiciaire de Dijon (Côte-d'Or). Il avait refait sa vie dans ce village après une condamnation à deux ans de prison dont un an avec sursis en 2004 à Chalon-sur-Saône pour tentative d'agression sexuelle. Il ne fera alors que six mois de détention.

Son nom n'est jamais apparu dans l'enquête

Les enquêteurs avaient en main les derniers résultats d'expertises génétiques très pointues pratiquées sur les vêtements de la victime, examens demandés par Mes Didier Seban et Corinne Herrmann, les avocats de la famille Blétry. Ces recherches ont permis de mettre un nom sur le suspect, père de deux enfants, inscrit au Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) après l'agression de 2004. Un homme presque transparent qui vivait à Blanzy au moment du meurtre de Christelle et dont le nom n'était jusqu'à présent jamais apparu dans l'enquête.
**************************

C'est avant tout l'histoire d'une mère qui n'a jamais renoncé. Pendant dix-huit longues années, Marie-Rose Blétry a réclamé la vérité sur la mort de sa fille Christelle, massacrée en 1996 à Blanzy (Saône-et-Loire). Elle a sollicité des expertises, dénoncé les inerties de la justice, allant jusqu'à vendre des viennoiseries pour financer sa quête de vérité, partagée par les familles des « disparues de l'A 6 », affaires criminelles non résolues survenues en Bourgogne.

Son obstination a payé. Cette semaine, Pascal Jardin, meurtrier présumé de sa fille, confondu par l'ADN, a avoué les faits.

Cette histoire est aussi celle d'un homme qui a échappé pendant ces mêmes longues années à la justice. En 1996, Pascal Jardin vivait à Blanzy. Il n'a pas été entendu. A l'époque, cet homme discret n'avait aucune raison d'être soupçonné. Il ne fera jamais parler de lui, jusqu'en 2004 et une condamnation pour une tentative d'agression sexuelle avec arme.

Démasqué parce que fiché

En sortant de prison, Pascal Jardin est parti refaire sa vie dans les Landes, menant une existence familiale et professionnelle normale. Peut-on continuer à vivre en refoulant un passé criminel présumé ? Oui. Les psychiatres appellent cela le clivage. On enfouit une facette de sa personnalité ou de son passé, et on vit comme s'il n'existait pas. Cette histoire est enfin celle des progrès de la science. Grâce à eux, les experts ont réussi à isoler l'ADN de Pascal Jardin sur les vêtements de Christelle. Et comme il était fiché depuis sa condamnation, il a enfin été démasqué. « Ce dossier n'a jamais été clôturé, les investigations n'ont jamais cessé », insiste Christophe Rode, procureur de Chalon-sur-Saône. Il n'empêche. Sans la ténacité de Marie-Rose Blétry, de ses avocats et de la police judiciaire, cette affaire n'aurait peut-être pas été élucidée. « Il a fallu faire preuve d'acharnement pour obtenir les nouvelles expertises des scellés. Dans certaines affaires criminelles, on détruit des scellés alors qu'elles ne sont pas encore résolues. C'est se priver d'avoir une chance de trouver une solution en raison des avancées de la science génétique. Le courage des victimes l'a emporté face parfois à une justice qui n'est pas toujours de leur côté », soulignent M es Didier Seban et Corinne Herrman, avocats Marie-Rose Blétry.


Neuf autres dossiers criminels restent sans solution dans la région. Mais peu à peu, les progrès de la recherche génétique ont fait progresser les enquêtes. En décembre 2011, le meurtrier de Christelle Maillery tuée au Creusot (Saône-et-Loire) en 1986 avait été identifié lui 25 ans après les faits en décembre 2011. Jean-Pierre Mura, 44 ans, comparaîtra prochainement devant la cour d'assises.

Image originale





Disparue de l’A6 : 17 ans plus tard, "la... par BFMTV
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
7 - 4 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10