|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
6 Personne(s) en ligne (6 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 6

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Re : Férouze Bendouiou, une vie passée à chercher sa soeur, disparue de l'Isère....

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 26/06/2015 14:59:37

Image originale

De notre envoyée spéciale dans les Hautes-Alpes : http://www.lefigaro.fr/actualite-fran ... r-disparue-de-l-isere.php

PORTRAIT - La chambre d'instruction de Grenoble a décidé de rouvrir l'enquête concernant Charazed Bendouiou, volatilisée en 1987 à Bourgoin-Jailleu. Sa grande soeur se bat depuis 30 ans pour que l'affaire ne sombre pas dans l'oubli.

C'est comme ça qu'on vit «quand on ne vit pas.» Férouze Bendouiou nous reçoit dans sa maison, accrochée à un rocher dans un petit village des Hautes-Alpes. Elle aura bientôt 40 ans, dont 30 passés à chercher à résoudre l'énigme de la disparition de sa petite soeur. Charazed est l'une des disparus de l'Isère, expression consacrée pour désigner le regroupement d'une dizaine d'affaires de disparitions ou de meurtres dans les années 80. «Pour moi le temps s'est arrêté le 8 juillet 1987», le jour de l'enlèvement de Charazed, raconte Férouze.

Cet après-midi là, Férouze, 11 ans, regarde des dessins animés à la télé. Elle refuse d'accompagner sa petite soeur jouer au pied de leur HLM à Bourgoin-Jailleu, en Isère. Charazed sort alors toute seule, descend la poubelle en passant. C'est la toute première fois de sa vie qu'elle a l'autorisation de sortir sans sa grande soeur. La fillette de 10 ans ne reviendra jamais.

Que lui est-il arrivée? Cette question est depuis restée en suspens. «Dans les heures qui ont suivi sa disparition, ma mère et moi sommes allées la chercher chez des voisins, dans le quartier. Je râlais, je ne comprenais pas. Je me souviens je disais ‘quand on va la retrouver je lui passerai un savon'», raconte Férouze Bendouiou. La police tarde à arriver, croit d'abord à un canular. Pendant 15 jours, c'est le branle-bas de combat dans le quartier. «Je voyais tout ça avec mes yeux d'enfant, je découvrais des concepts dont je n'avais jamais entendu parlé. On me parlait de pédophilie, de prédateur sexuel, de ravisseur… Je ne savais même pas que tout cela existait. Ma vie, qui était douce et heureuse, est brutalement devenue un enfer», poursuit Férouze. «Plus aucun d'entre nous ne pouvait sortir seul, on a passé l'été tous cloîtrés chez nous.»


«J'en étais à me demander si ma soeur avait vraiment existé»


Dans la torpeur des mois d'été, l'activité dans les commissariats et rédactions vire au ralenti, et la disparition de la fillette passe alors quasiment inaperçue dans le reste du pays. Dans les années 80, pas d'alerte enlèvement ou de chaîne d'information en continu. Mal conseillés, les parents de Charazed ne portent pas plainte, car on leur explique que cela pourrait «se retourner» contre l'enfant. «Les seuls journalistes à être venus nous voir sont une équipe de FR3, complètement par hasard. Ils étaient dans la région pour des inondations et ont entendu parlé de l'affaire», raconte Férouze. Un temps précieux est perdu, laissant doucement le mystère s'épaissir.
Les 30 ans qui vont suivre ne seront qu'une suite de ratés judiciaires, de bévues, de «mépris» pour la famille. «Nous n'avons jamais connu ailleurs un tel niveau de mépris social à l'égard des familles», résume Me Didier Seban, l'avocat aujourd'hui chargé du dossier.

Comment construire sa vie quand on est rongée par une absence aussi omniprésente? «Je suis spectatrice de ma vie depuis juillet 1987. J'ai vu des psys, car parfois j'en étais à me demander si ma soeur avait vraiment existé», confie Férouze. «J'ai quelques moments de bonheur, avec mes enfants, notamment, mais ça n'a pas le même goût. Avec mes enfants, je suis la pire des mères poules. Je n'ai jamais lâché la poussette de mon fils une seule fois, ou alors je le tenais par le pied. Je lui ai mis des grelots pour pouvoir l'entendre en permanence quand il est devenu plus turbulent. Dans un square, je suis pire qu'un prédateur, mes yeux ne quittent jamais, à un seul instant mes enfants. Je les fixe comme il n'est pas possible de fixer.»

C'est dans les années 2000 que Férouze devient dans la famille celle qui se charge de faire pression auprès de la justice. Ses parents, originaires du Maghreb, se sentent peu armés pour ce combat. «C'est le seul moyen que j'ai trouvé pour mettre un pansement sur ma douleur. Ça va faire bientôt 30 que ma soeur a disparu, mais pour moi c'est comme si c'était hier. J'ai rencontré le père d'Estelle Mouzin, peu de temps après sa disparition. Quand je lui ai dit que je cherchais ma soeur depuis 15 ans, il était choqué, je sentais qu'il espérait ne jamais se retrouver à ma place. Et aujourd'hui pourtant, cela fait bientôt 13 ans qu'Estelle a disparu», poursuit Férouze.
La famille Bendouiou se réjouit de la réouverture de l'enquête, caressant toujours l'espoir de pouvoir enfin savoir ce qui est arrivé à Charazed, notamment grâce aux avancées de la science et des découvertes obtenues grâce aux analyses ADN. L'affaire des disparues de Perpignan ou encore des meurtre de l'A6 ont ainsi connu des avancées significatives grâce à ces analyses. Férouze ne croit toutefois pas que sa soeur soit encore en vie. «Je pense qu'elle est morte. Mais j'aimerais lui permettre de reposer en paix. Mes parents attendent eux toujours son retour, ils s'imaginent qu'une petite fille de 10 ans va frapper à la porte, un matin, ‘coucou je suis revenue'.»

Vous êtes peut-être en possession d'informations pouvant faire avancer l'enquête. Contactez la gendarmerie ou l'association N'oubliez pas Charazed.

*****************************************

pour info, "ASSOCIATION N'oubliez pas Charazed" se trouve ICI ...Rejoignez là ...


"
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
2 + 4 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10