|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
15 Personne(s) en ligne (12 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 15

plus...

 gooogggglllleeee
Google refuse et rejette le site maintenant.
J'ai donc rejeté les PUB qui s'affichaient et participaient au financement de sos-enfants car NON rémunéré.
CITATION mail :

À l'attention du propriétaire de http://sos-enfants.org/ :

La Search Console a identifié 3 nouveaux problèmes sur votre site en lien avec Ergonomie mobile :
Problèmes majeurs
Les problèmes suivants ont été détectés sur votre site :
Texte illisible, car trop petit
Fenêtre d'affichage non configurée
Éléments cliquables trop rapprochés
Nous vous recommandons de corriger ces problèmes au plus vite afin d'optimiser le placement de votre site dans la recherche Google.

Moralité : ils cherchent à prendre le contrôle sur le site .


 Pour sauver Sos Enfants . Org
Si vous pensez que ce site, Domaine doit vivre et continuer à vous informer, Vous pouvez nous faire un petit cadeau d'anniversaire à Nounoursaris le 07/ 04 et Galopin le 05/04, le nom de JC Masse au départ..
nous capitalisons 150 ans à nous deux.
Depuis 22 ans nous portons à bout de bras le contenu de sos-enfants.org







Merci pour ce geste aussi minime soit il.

Re : Disparus de l'Isère : l'ombre du Sadique de Romont...

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 15/02/2016 11:35:17

Image originale


Les gendarmes de Grenoble s'intéressent à Michel Peiry, bourreau et tueur en série suisse. Ils travaillent sur des rapprochements possibles avec deux crimes non élucidés en France.

Michel Peiry a avoué onze meurtres avant de se rétracter parfois. Ses victimes : des adolescents violés et suppliciés.

C'est peut-être une avancée dans l'affaire dite des disparus de l'Isère. Un temps enlisés par un non-lieu rendu par les juges d'instruction en octobre 2014

http://www.leparisien.fr/


*******************************

Dans l’ombre du sadique de Romont

La dernière victime du tueur en série est jugée pour avoir abusé de trois enfants. Le Vaudois, marqué depuis son adolescence par un vécu traumatique vertigineux, conteste s’être transformé en bourreau. Récit d’une affaire hors du commun

Dans l’ombre du sadique de Romont


Justice La dernière victime du tueur en série est jugée pour avoir abusé de trois enfants

Le Vaudois conteste s’être transformé en bourreau

Récit d’une affaire totalement hors du commun


Dans la mémoire collective, il est l’incarnation du mal. Michel Peiry, dit le sadique de Romont, le plus cruel des tueurs en série de l’histoire contemporaine suisse, occupe une place à part dans l’imaginaire collectif. Son surnom sonne comme un leitmotiv à chaque fois que la dangerosité des grands criminels provoque un débat de société. Condamné à la perpétuité, incarcéré depuis vingt-huit ans, il refait parler de lui dans un contexte beaucoup plus inattendu. Le procès de sa dernière proie.

Celui que toute la presse a appelé Thomas, l’adolescent violé, frappé d’une trentaine de coups de marteau et laissé pour mort dans le lit d’une rivière, est jugé aujourd’hui pour avoir abusé de son garçon et de ses deux belles-filles. Une victime qui se transforme, toutes proportions gardées, en bourreau? C’est désormais à la Cour d’appel pénale du Tribunal cantonal vaudois qu’il appartient de donner un sens à cette affaire marquée par un passé traumatique totalement hors du commun.

Depuis ce 24 avril 1987, le destin de Thomas est indissociablement lié à l’évocation du sanglant parcours de son agresseur. Ce soir-là, vers 23 h, le jeune apprenti carrossier veut rentrer chez lui en auto-stop après avoir bu des verres avec des copains à la Fête du soleil, à Lausanne. Il monte dans une Peugeot, le conducteur lui promet de l’amener à la maison mais il ne s’arrête pas au lieu indiqué.

L’adolescent vaudois, 16 ans à peine, remarque alors que la poignée de la porte a été enlevée et qu’il est pris au piège. Dans un petit chemin, sa tête recouverte d’un bas, il est torturé et déshabillé. Michel Peiry, qui d’ordinaire immole le corps de ses victimes après les avoir assommées ou étranglées, y renonce. Il n’a pas son jerrycan d’essence. Jeté dans l’eau, le crâne fracassé, Thomas survit miraculeusement à cette violence vertigineuse. Il arrive à se relever et à marcher jusqu’au village de Sottens.

Le garçon n’est pas seulement la dernière victime du sadique, il est aussi celui qui permet l’arrestation du résident maudit de Romont. Grâce à son témoignage, la police fait le lien avec le calvaire d’un autre jeune auto-stoppeur, pris aux environs de La Chaux-de-Fonds, qui avait réussi à s’enfuir alors que la pluie empêchait son agresseur de craquer ses allumettes. Le rapport est aussi fait avec la mort atroce d’un adolescent dont le corps calciné a été retrouvé quelques semaines auparavant près d’Orsières, en Valais. Un portrait-robot est dressé, la marque du véhicule est signalée et un avis de recherche est lancé. Reconnu par sa propre famille, Michel Peiry, ce frère sans histoire et ­globe-trotteur invétéré, est arrêté alors qu’il accomplit un cours de répétition.

L’homme va avouer une longue liste de crimes terrifiants, dont celui d’un garçon de 14 ans à Albinen (VS), et dit avoir sévi dans plusieurs pays. Il se rétracte pour une partie d’entre eux et sera finalement condamné en 1989 par le Tribunal d’Entremont, à Sembrancher, à la réclusion à vie pour quatre assassinats et deux tentatives. A l’époque, les victimes sont les grandes oubliées de la procédure pénale. La future loi, qui leur assure soutien financier et appui moral, n’est encore qu’à l’état de projet.

Thomas n’échappe pas à cette solitude. Il ne verra pas un sou des 75 000 francs que le sadique de Romont, déjà endetté, doit lui verser en guise de dédommagement et il ne bénéficiera pas d’un suivi psychologique. Totalement impensable aujourd’hui. En 2001, un article du Nouvelliste évoque ses tourments. Longtemps, le jeune homme se réveille la nuit en hurlant. Il ne parle guère et rate ses examens avant de s’essayer à une formation de réparateur automobile. Un ami témoigne à cette occasion de la grande fragilité et des soucis financiers de celui qui vient de se marier et attend un enfant. Un appel est lancé pour permettre à Thomas, victime abandonnée par l’Etat, d’éponger ses dettes et un compte est ouvert pour ce faire à la BCV.

En septembre 2013, Thomas, 43 ans, apparaît à la télévision dans l’émission Zone d’ombre, consacrée au sadique de Romont. Il y déclare: «Ma vie est un grand foutoir.» Un an plus tard, l’ampleur du désordre est révélée au grand jour lorsque lui, la victime absolue au regard de tous, prend place sur le banc des accusés du Tribunal correctionnel du Nord vaudois. Les deux petites filles de sa deuxième épouse ont évoqué des actes d’ordre sexuels répétés de la part de celui qu’elles appellent «faux papa». En cours de procédure, son propre fils, issu d’une première union, dont le comportement très perturbé signalait depuis longtemps déjà un profond mal-être, parlera finalement aussi d’attouchements.

Thomas conteste tout acte d’ordre sexuel sur les petits. Il admet par contre avoir été une sorte de tyran domestique qui rabaisse et malmène femmes et enfants avec des douches froides et des coups de pied. Le rescapé assume aussi une sexualité débridée et une exposition outrancière de ses pratiques échangistes au sein du milieu familial. Enfin, il nourrit un penchant pour des discussions sur internet.

L’expert psychiatre dépeint un homme normalement intelligent et une personnalité durablement marquée par son passé. Thomas présente des traits paranoïaques, une grande méfiance envers le monde, un profond sentiment d’avoir été abandonné à sa douleur, un don pour la manipulation et une incapacité à faire preuve d’empathie.

Les dénégations de Thomas n’emportent pas la conviction des premiers juges. En octobre 2014, il est condamné à une peine de 4 ans de prison pour les abus et les lésions corporelles infligés aux enfants. La décision, un arrêt de plus de 160 pages, relève une culpabilité lourde, un déni de ses actes, des mobiles égoïstes et un risque de récidive élevé. Le tribunal le dépeint comme un homme fruste, enclin à la colère et à la violence. Sa responsabilité pénale est considérée comme pleine et entière mais un traitement psychiatrique axé sur la sexologie est ordonné.

A décharge, le tribunal retient son vécu traumatique et relève que la société a une dette envers cet homme abandonné à son malheur. Mesure rare, un placement à des fins d’assistance est préparé en prévision du verdict afin d’éviter un acte désespéré. Thomas quitte la salle pour la clinique en clamant qu’il va se battre. Un appel est déposé et il prend un nouvel avocat en la personne de Jacques Barillon. L’offensive est prévue sur plusieurs fronts. Mettre en pièce l’expertise de crédibilité des fillettes et briser le postulat de l’abusé devenu abuseur.

Sur ce thème, et de manière très générale, Philippe Delacrausaz, responsable du Centre d’expertises psychiatriques du CHUV, relève: «Dans leur immense majorité, les victimes d’abus ne deviennent pas des bourreaux. Par contre, une proportion non négligeable des auteurs qui commettent des actes sexuels sur des enfants ont eux-mêmes été victimes. Certaines études évoquent jusqu’à 50% des cas.»

En d’autres termes, la probabilité pour une victime de devenir un prédateur est faible mais beaucoup d’abuseurs ont un passé d’abusés. «Ces personnes sont souvent incapables de faire le lien entre leur vécu et leurs actes et il faut un long travail thérapeutique pour leur faire prendre conscience», ajoute le Dr Delacrausaz. Dans les affaires d’agression sur mineurs, le psychiatre a souvent été confronté à des auteurs qui ne reconnaissent que partiellement les faits. «Ils sont incapables d’admettre complètement la nature des actes».

Le deuxième acte judiciaire s’est joué ce vendredi. Thomas, dont les cheveux coupés très courts laissent apparaître les stigmates des coups portés par le sadique de Romont, se présente libre devant les juges d’appel et sans rien changer à sa position. Interrogé sur sa situation actuelle par le président Bertrand Sauterel, le prévenu précise avoir quitté son poste d’employé communal à la voirie pour fonder sa propre société de conception et modélisation de sites web. Il emploie trois personnes mais peine à décoller. «Je n’ai pas de salaire propre et je suis retourné vivre chez mes parents.» Le diplôme de Harvard, mentionné sur son profil Facebook et qu’il n’a jamais eu, est désormais effacé.

Thomas, converti depuis peu à une «vie saine», s’est aussi décidé à suivre enfin une thérapie. «Je le fais de ma propre initiative et c’est en lien avec ce que j’ai subi.» Sur ce passé extrême, il ne dira mot et aucune question ne sera posée. Mais l’expérience traumatique est omniprésente dans les débats et reviendra plusieurs fois au cours des plaidoiries.

C’est la défense, appelante, qui commence. Mes Jacques Barillon et Cyrielle Friedrich vont, tour à tour, dénoncer une affaire qui s’est construite autour d’un coupable idéal. Thomas, cette victime qui ne pouvait que très mal tourner. «Ce dossier est celui des certitudes et des a priori.» Pour tenter de faire douter les juges, les avocats s’en prennent à l’expertise de crédibilité des deux fillettes, qualifiée d’incomplète et d’orientée, tout en évoquant «un cas d’école de conditionnement de la parole évolutive des enfants».

Des enfants qui ont vu beaucoup de choses, qui ont très bien pu imaginer le reste et qui se sont même rétractés, soutient la défense. La mère des petites, elle-même victime des abus de son beau-père, s’est mariée avec Thomas alors que cette procédure était déjà en cours. Ils sont désormais divorcés mais la femme n’est pas présente aux débats.

Contre Thomas, il y a beaucoup de monde. Sa première épouse et mère de son garçon, le père des fillettes, qui était aussi un ami, le curateur des enfants et, bien sûr, le Ministère public. Pour la procureure Magali Bonvin, le premier jugement, «extrêmement motivé et nuancé», doit être confirmé dans son intégralité. Et l’expertise privée, commandée par la défense au psychiatre français Paul Bensussan à l’occasion de ce procès en appel, n’y change rien.

Le parquet en est convaincu. «Le déni massif» dans lequel s’est enferré Thomas est compréhensible après ce qu’il a vécu. Mais ce passé ne doit pas être invoqué pour minimiser la gravité de ses actes et les souffrances subies par ses victimes. Telle est la réponse à la plaidoirie de Me Barillon pour qui une peine de prison ferme, en cas de condamnation, n’est pas nécessaire et doit être épargnée à ce prévenu pas vraiment comme les autres.

Invité à prendre la parole en dernier, Thomas n’ajoute rien. Il lui faudra patienter jusqu’à mardi pour connaître son destin pénal. Et certainement plus de temps encore pour parvenir à affronter ses démons.

Rescapé du pire, il déclare dans une émission télévisée: «Ma vie est un grand foutoir»

Fati Mansour
Publié vendredi 19 juin 2015

https://www.letemps.ch/suisse/2015/06/19/ombre-sadique-romont
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
2 + 6 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10