|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 clic
Real Time Web Analytics

 Qui est en ligne
11 Personne(s) en ligne (11 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 11

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
L’enquête sur la noyade de la petite Léa à Mairieux s’oriente vers la piste criminelle... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/05/2018 14:42
Tentatives d'enlèvements de mineurs : Un mandat d’arrêt européen va être lancé pour permettre à la justice française d’entendre Vivian Coçu. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/05/2018 13:14
Disparition inquiétante de Léa Petitgas, 20 ans. Cinq mois d’énigme… Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/05/2018 14:37
Scandale de pédophilie: tous les évêques chiliens remettent leur démission au pape... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/05/2018 13:45
Après deux tentatives d’enlèvement sur des jeunes filles à Bertrix et Han-sur-Lesse, Vivian Coçu est aussi impliqué dans un enlèvement en France. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/05/2018 10:06
De plus en plus d’enfants suicidaires ... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/05/2018 12:59
Meurtre d’Angélique : Des fichiers pédopornographiques se trouvaient sur l’ordinateur de David Ramault. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/05/2018 11:13
Les parents du petit Gregory Villemin demandent que Murielle Bolle et les époux Jacob soient remis en examen.Dès la semaine prochaine le procureur général de Dijon Jean-Jacques Bosc va demander de nouvelles mises en examen. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 17/05/2018 08:49
Michel Fourniret . "L'ogre des Ardennes", qui a avoué récemment deux nouveaux meurtres, n'en a pas fini avec les enquêteurs et les magistrats, notamment dans l'affaire Estelle Mouzin. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/05/2018 15:23
Estelle Mouzin ;La colère de son père contre les enquêteurs. La police a-t-elle renoncé à retrouver Estelle Mouzin ? C'est ce que dénoncent Eric Mouzin et ses avocats. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/05/2018 15:02

Re : Pour tous les parents de disparus, « Le pire est de ne pas savoir » ...

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 01/10/2017 11:46:31

La douleur des parents de Maëlys avive celle des parents qui ont vécu ou vivent encore le drame de l'insupportable attente. Ils ont accepté de nous en parler.

Elle aussi était devant sa télévision, jeudi soir, alors que les parents de Maëlys, disparue depuis plus d'un mois lors d'un mariage dans l'Isère, exhortaient, dans un poignant appel, le principal suspect à « révéler ce qu'il sait ».

L'interminable attente, le doute sur le destin de son enfant... Des affres que Valérie Lance ne connaît que trop bien. En juin 2011, son fils Alexandre, 13 ans, avait disparu à Pau (Pyrénées-Orientales). Trois semaines durant, elle a remué ciel et terre pour le retrouver, s'est raccrochée aux pistes les plus folles, jusqu'à ce que l'horreur ne réduise à néant ses espoirs : le fémur d'Alexandre, tué puis démembré, venait d'être retrouvé dans le gave de Pau...

Six ans et deux procès plus tard, cette mère meurtrie ne peut s'empêcher de suivre au plus près les développements de l'affaire Maëlys, qui fait écho à sa douleur. « J'ai beaucoup de compassion pour ces parents, dit-elle, je leur souhaite de tout coeur de retrouver leur fille, mais aussi de savoir...

Un gouffre insondable


«Le pire, concède celle qui a pourtant été confrontée à une vérité effroyable, c'est de ne pas savoir.» Cette « attente insupportable » dont parlait jeudi la mère de Maëlys, la voix brisée par l'émotion, est un gouffre insondable dans lequel chaque parent d'enfant disparu tente, à sa manière, de ne pas sombrer. « Les proches tiennent en étant dans l'action. Rien n'est plus insurmontable pour un père ou une mère que de se sentir impuissant », analyse Hélène Romano, docteur en psychopathologie et auteur du livre « Accompagner l'enfant victime en justice » (Ed. Dunod).


Valérie Lance, elle aussi, a connu les nuits sans sommeil, la vie qui défile « comme dans un monde parallèle », les yeux rivés sur Internet en quête du moindre indice, téléphone à portée de main nuit et jour... « J'avais un cahier dans lequel je notais tout dès que quelqu'un m'appelait, y compris des pistes farfelues. J'ai même fait appel à des voyantes, dont une qui m'assurait jusqu'au bout qu'Alexandre était en vie... Parce que c'était ce que j'avais envie d'entendre », souffle-t-elle.

Eloigner l'angoisse de la mort


L'espoir se nourrit de tout, y compris d'une «forme de rationalisation à tout prix qui permet d'éloigner l'angoisse de mort», poursuit Hélène Romano. Alain Boulay, président de l'Association des parents d'enfants victimes (Apev), se souvient ainsi de l'incroyable impact provoqué en 2006 par la libération de Natascha Kampusch, séquestrée huit ans dans une cave en Autriche. « Cela a redonné espérance aux proches, qui se disent désormais que rien n'est impossible, analyse-t-il. Ils considèrent de toute façon leur enfant comme vivant tant qu'on ne leur a pas prouvé le contraire... » Une évidence pour Valérie Lance, qui se souvient avoir inscrit Alexandre au centre de loisirs pour l'été, refait sa carte de bus pour la rentrée, « toutes ces choses qu'on faisait comme un rituel en juin », dit-t-elle.

« Dans les cas de disparition, le deuil — pas au sens de mort, mais au sens de perte — est impossible, détaille Hélène Romano. On parle alors de deuil suspendu, comme ces familles de victimes de crashs aériens qui, sans corps, gardent le fol espoir que leur proche est peut-être en vie quelque part... » Mais le temps est un poison qui ronge l'espoir. Celui d'Annie Audoye, en vingt-six ans « d'absence » de sa fille Marie-Hélène, disparue en mai 1991 près de Monaco, est encore là... mais infime et si triste. « J'ai longtemps souhaité des aveux, car, en niant sa mort, la personne qui a fait du mal à ma fille nie aussi sa vie. Aujourd'hui, j'en suis réduite à espérer qu'on trouve un corps, un jour, par hasard », sanglote cette mère de famille qui craint, après le décès de son mari, de partir à son tour sans connaître la vérité. Depuis un mois, elle aussi s'est identifiée aux parents de Maëlys et, comme eux, n'attend qu'une chose : « Qu'il dise ce qu'il sait. »

Le Parisien http://www.leparisien.fr/ AFP/Jeff Pachoud
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
4 - 1 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10