|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
16 Personne(s) en ligne (15 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 16

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Mort de Tony : un voisin jugé ce mardi pour "non dénonciation de mauvais traitements" ... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/10/2019 12:23
Carine et Gino Russo expliquent «pourquoi Dutroux ne doit pas être libéré» ( vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 22/10/2019 11:59
Violences, maltraitances : Pourquoi les victimes gardent-elles le silence ? Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 21/10/2019 13:12
Affaire Dutroux : 400 personnes ont manifesté à Bruxelles lors de la « Marche noire ». Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 21/10/2019 12:21
Les disparues de l'A26 . Aisne: «Disparues de l’A26», le dossier Ghislaine Charlier rouvert. ( Vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/10/2019 16:41
Meurtres des «disparues de l'A6». Meurtre de Christelle Blétry : Pascal Jardin définitivement condamné à perpétuité. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/10/2019 13:24
Demande de libération de Marc Dutroux: Gino Russo, le papa de Mélissa, dénonce «l’attitude perverse et sadique de Bruno Dayez» (vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/10/2019 13:58
Shashia Moreau meurt asphyxiée «J’ai serré plus fort que je le pensais »dit John V.D.B., âgé de 27 ans. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/10/2019 13:18
Affaire Dutroux: 23 ans après la Marche Blanche, une Marche Noire traversera Bruxelles ce dimanche. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 19/10/2019 12:54
Expertise psychiatrique de Marc Dutroux : avis favorable du parquet de Bruxelles!!! ( Photo de la cache) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/10/2019 15:03

Le terrible calvaire de Béatrice Berlaimont aux assises…

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 29/01/2018 11:42:12

Le profil de Jérémy Pierson, alors âgé de 26 ans, était enregistré dans la banque de données ADN nationale à la suite d’une condamnation pour attentat à la pudeur. Son procès, pour enlèvement, séquestration, viol et assassinat de Béatrice Berlaimont s’ouvre lundi devant les assises du Luxembourg.

Jérémy Pierson devra aussi répondre de la séquestration et du viol d’une jeune femme, agressée le 4 décembre 2014, alors qu’elle avait rangé sa voiture sur le bord de la nationale pour répondre à un appel téléphonique. Il est aussi confondu par son ADN dans ces faits dont les policiers avaient immédiatement relevé la similarité avec ceux commis envers Béatrice Berlaimont. Abandonnée à moitié nue, les mains liées dans le dos, la jeune femme s’était littéralement jetée sur un véhicule pour être secourue car personne ne s’arrêtait.

Entendue, sa compagne, avec laquelle il a un enfant, décrit un homme qui ne lui dit jamais où il va, qui fume trois joints par jour pour se calmer, et qui suit une formation d’ouvrier tous les jours en promotion sociale calquée sur les horaires d’école. L’enquête montrera que, bien qu’il quitte la maison tous les matins, il ne s’est jamais présenté à ces cours qui ont débuté le 1er novembre.

L’enquête met au jour de nombreux faits pour lesquels il sera également jugé devant les assises. Dans le mois qui a précédé son arrestation, Jérémy Pierson a été entraîné dans un tourbillon criminel, enchaînant les vols de voitures, les cambriolages et les agressions.

Lors d’une nouvelle audition, le 12 mars 2015, il a expliqué qu’à l’époque, sa consommation de cocaïne lui "fait faire des bêtises". Il éprouve des difficultés à aborder les faits dont a été victime Béatrice Berlaimont, qu’il nomme "la personne".

Il donne des détails sur la séquestration. Béatrice Berlaimont a été retenue une partie du week-end dans un container du chantier Callemeyn. Elle a passé la première nuit attachée sur le siège arrière d’une voiture qu’il a volée la veille. Les trois nuits suivantes, elle les passera entravée, dans le coffre de cette Volvo garée dans un parking non loin du domicile de Jérémy Pierson.

Le mardi 25 novembre, en raison des recherches policières qui mobilisent des hélicoptères, il cherche un endroit plus discret dans les bois et embourbe la Volvo. Selon Jérémy Pierson, ils resteront les trois nuits dans la voiture, bloqués en plein bois. Lorsque, aidé par plusieurs personnes, il tente de désembourber et tente de faire redémarrer la voiture - sans succès - Béatrice Berlaimont est attachée dans un mirador de chasse. La météo est alors exécrable.

Selon Jérémy Pierson, l’adolescente est une dernière fois entravée le 28 novembre dans le mirador à l’aide de tape et de cordelettes, dont l’une est passée autour de son cou et reliée à une poignée située en hauteur. C’est là qu’elle passera sa dernière nuit.

Le 29 novembre, après avoir à nouveau volé une voiture, Jérémy Pierson affirme qu’il a constaté le décès de Béatrice dans le mirador où il s’est rendu après 21 h.

Le médecin légiste a postulé que la position entravée de Béatrice Berlaimont, "associée à une possible faiblesse physique consécutive à une séquestration de plusieurs jours et à une température ambiante basse, a pu favoriser la survenue de cette pendaison". L’expert, qui se base sur une plaie ante mortem, n’exclut pas que Jérémy Pierson ait été présent lors du décès.

Jérémy Pierson répète lors de la reconstitution organisée une semaine plus tard qu’il a abordé Béatrice Berlaimont sur le chemin de l’école.

À l’entendre, elle serait venue s’asseoir auprès de lui sur un banc pour regarder avec lui des vidéos sur son téléphone. Elle serait montée sans contrainte dans la voiture car il lui a dit qu’il devait rouler avec sa voiture pour recharger son GSM.


J. La. http://www.dhnet.be/

«Je m’y prépare depuis trois ans»
A la veille de l’ouverture du procès, la maman de Béatrice nous a confié qu’elle est «prête et déterminée». «Je m’y prépare depuis trois ans», souligne-t-elle. «Aujourd’hui, je n’appréhende plus de me retrouver face à cet individu. Je l’ai croisé deux fois, lors de la dernière chambre du conseil et de l’audience préliminaire à l’établissement de la liste des témoins. La première fois, toutes les parties civiles se sont donné la main. On l’a regardé droit dans les yeux, mais lui a baissé le regard.» De la lecture de l’expertise psychiatrique, elle retient que « cet homme cruel est un dangereux récidiviste».

Son changement d’apparence – lors de la première audience, il est apparu avec un costume et des lunettes – ne l’impressionne pas du tout. «S’il exprimait, au cours du procès, des remords, cela sonnerait faux. Tout le dossier démontre qu’il n’a aucune empathie et ne ressent aucun remord par rapport à ce qu’il a fait. Je ne pourrai jamais lui pardonner.»

La maman de Béatrice espère que la peine la plus lourde possible sera rendue. «Je demanderai la mise à disposition du tribunal d’application des peines, une mesure qui permet de maintenir un condamné en détention alors qu’il a entièrement purgé sa peine. Je veux qu’on l’empêche de sortir de prison», conclut-elle.
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
1 + 2 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10