|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
19 Personne(s) en ligne (18 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 19

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich : : revivez le neuvième jour du procès de Francis Heaulme. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/12/2018 12:33
Le père de la petite martyre de l'A10 restera en prison. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/12/2018 11:29
"Jeu et défis dangereux ":un jeune écrasé par un utilitaire lors d'un défi dangereux, le "keke challenge". Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/12/2018 15:57
Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Le 8° jour du procès de Francis Heaulme consacrée à deux protagonistes majeurs de cette affaire: Henri Leclaire et Jean-François Abgrall. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 14/12/2018 15:28
Petite martyre de l'A 10 :l'enquête accablerait la mère... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2018 18:12
Un animal n’est pas un cadeau de Noël !!! 13/12/2018 Le cadeau de Noël ne sera pas animal cette année en Allemagne. Interdit!!! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2018 15:09
L'attente d'un père. Cela fait un an que Léa Petitgas a disparu. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2018 12:34
Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. Deux témoins affirment avoir vu Francis Heaulme en sang le soir des meurtres. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/12/2018 12:27
Meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich. 11/12/2018 : Direct. Procès Heaulme: " Il ne sortira pas de prison, ça sert à rien"..... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/12/2018 15:59
L'inquiétant profil de Nordahl Lelandais ; «Je ne différenciais pas une femme d'une enfant» !!! Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 11/12/2018 15:17

Re :Meurtre de Bastien : la cour d'assises interroge les services sociaux sur leurs réactions.

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 10/09/2015 11:20:51

Lors de la deuxième journée d'audience du procès des parents de Bastien, 3 ans, mort enfermé dans un lave-linge, les assises de Seine-et-Marne se sont penchés sur le rôle des services sociaux. Malgré plusieurs alertes, ils n'ont pu empêcher ce drame.

Image originale
PHOTO DU PARISIEN;fr
Meaux, le 4 septembre. Pour Evelyne Cotte (à d.), la mère de Charlène - la maman de Bastien, jugée pour complicité de meurtre -, les services sociaux n’ont pas réagi à temps LP / Valentine Rousseau

« Pour moi, ils étaient deux dans la pièce, ils sont deux dans l’histoire. Il n’y a pas d’innocent ici », a soudain lancé Jérémy Cotte devant la cour d’assises de Seine-et-Marne, à Melun, ce mercredi midi. Sa sœur Charlène Cotte, âgé de 29 ans, est jugée pour complicité de meurtre sur son fils Bastien, âgé de 3 ans, enfermé dans une machine à laver par son père Christophe Champenois, 36 ans, jugé pour meurtre.

Un peu énervé en arrivant dans la salle d’audience, le jeune homme s’est révélé sincère et émouvant. Il a décrit son neveu qu’il aimait tant : « C’était une petite boule de joie. Il souriait tout le temps. Il était un peu turbulent malgré qu’il prenait des coups de ses parents. Il cachait sa douleur. »

Pour lui, les services sociaux n’ont pas réagi à temps, pour venir en aide à Bastien et à sa sœur Maud. Même écho chez la mère de Charlène Cotte, qui a témoigné juste avant lui : « J’ai fait un signalement en 2009. » Ce jour-là, Charlène Cotte lui avait laissé ses enfants à garder, car elle partait en formation. « Vous comprenez, moi, je veux bien garder mes petits-enfants, mais il faut que je sois prévenue. Ils me les laissent comme si c’était des sacs poubelles. Le père ne travaillait pas, il pouvait les garder. »

Me Corinne Asfaux, l’avocate du conseil départemental, partie civile au procès, réagit et demande : « Donc, c’est à la Maison départementale des solidarités de les garder, c’est ça ? » C’est effectivement la solution adoptée par la grand-mère à l’époque, puisqu’elle était venue avec les deux bambins pour les déposer aux services sociaux.

Ceux-ci ont été au centre des débats, lorsque la directrice générale adjointe en charge des solidarités au conseil départemental est venue à la barre. La famille était suivie depuis 2006, date à laquelle Christophe Champenois a « demandé de l’aide ». Il s’agissait surtout - selon elle - de difficultés financières, de logement insalubre et de carences éducatives.

En 2009, un appel anonyme au 119 avait alerté de la situation des enfants. « Les conditions de vie étaient précaires », a expliqué la directrice adjointe, assurant que des travailleurs sociaux ont cherché des solutions en partenariat avec les parents, qui se montraient conciliants, assure-t-elle avant de préciser : « Un accueil provisoire leur a été proposé, ils ont refusé. »

Le parquet de Meaux, alerté, n’avait pas saisi de juge des enfants, les services sociaux n’avaient alors pas le moyen de contraindre qui que ce soit. La petite Maud avait été vue « sur la fenêtre », Charlène Cotte avait justifié un bleu par une chute, l’hygiène des enfants était déplorable… De quoi faire bondir Me Zbili, l’avocat de Charlène Cotte, qui ne comprend pas que ce « faisceau d’indices » n’ait pas abouti.

« Qu’est-ce qu’il faut aux services sociaux pour considérer qu’un enfant est en danger ? », a tonné pour sa part Me Yves Crespin, avocat de l’association l’Enfant Bleu. La directrice-adjointe estime qu’à partir de la Toussaint 2011, « les services sociaux ont été abusés par Christophe Champenois : nous avons été trompés, cela n’invalide pas le reste. »

http://www.leparisien.fr/germigny-l-e ... cebook#xtor=AD-1481423552
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
8 - 6 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10