|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
8 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 8

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
DISPARITION D’ADRIEN FIORELLO À FIRMINY : ENTRE ESPOIR ET INCERTITUDE... Écoutez sa maman dans les messages audio . Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/02/2019 13:29
Maison de l'horreur: Les époux Turpin plaident coupable d'avoir torturé leurs enfants. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/02/2019 13:17
Meurtre de Martine Escadeillas.le suspect du meurtre de Martine Escadeillas reste en détention provisoire. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/02/2019 19:24
L'horrible Calvaire de Fiona ! SCANDALEUX !le verdict de la cour d'assises du Puy-en-Velay annulé, Cécile Bourgeon libérée. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/02/2019 18:45
REPLAY - Peut-être la fin de 32 ans de mystère ! Martine Escadeillas, 24 ans, avait disparu dans la banlieue de Toulouse en 1986... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/02/2019 12:42
Nordahl Lelandais : comment la cellule Ariane a fait le tri parmi les 900 dossiers non élucidés. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/02/2019 09:34
Le procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon s'ouvre dans un mois... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/02/2019 11:36
Meurtre de Martine Escadeillas en 1986 : l'accusé réclame sa remise en liberté. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/02/2019 10:04
Attentat contre le couple de policiers à Magnanville: deux personnes en garde à vue. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 12/02/2019 12:21
Le grêlé : L'incroyable témoignage en direct dans "Crimes et Faits Divers" d'une femme qui pense avoir identifié un violeur et tueur . ( vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 08/02/2019 08:03

Re :Bastien, mort dans un lave-linge: le père condamné à 30 ans de prison, la mère à 12 ans ( VIDEO)

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 12/09/2015 10:39:53



Au terme de quatre jours d'un procès tout bonnement insoutenable, le verdict est finalement tombé. Le père du petit Bastien, retrouvé mort à l'âge de trois ans après avoir été plongé dans une machine à laver, a été condamné 30 ans de prison ferme. La mère à 12 ans.


C'est un procès particulièrement éprouvant qui vient de s'achever, ce vendredi soir. Et les prévenus sont restés tout bonnement impassibles à la lecture du verdict.

Christophe Champenois, le père du petit Bastien retrouvé mort dans un lave-linge, a été condamné à 30 ans de prison ferme, avec 20 ans de sûreté, après avoir été reconnu coupable de "meurtre et de violences" sur son enfant, qui était alors âgé de trois ans au moment du drame.

Un mode opératoire "particulièrement ignoble"

Ce père de famille au chômage était jugé pour avoir tué son fils de 3 ans et demi, le 25 novembre 2011 à Germigny-l'Evêque, en Seine-et-Marne, selon un mode opératoire décrit comme "particulièrement ignoble": en l'enfermant dans le lave-linge familial, lancé sur le programme essorage.

Et cela, au prétexte que le garçonnet, que son père ne supportait pas et qu'il enfermait régulièrement dans le placard, n'avait pas été sage à l'école ce jour-là.
Une peine plus lourde que les réquisitions pour la mère

La cour a par ailleurs reconnu Charlène Cotte, la mère de la jeune victime, coupable de "complicité et de violences". Elle a également écopé d'une lourde peine de prison ferme: 12 ans. Libre sous contrôle judiciaire jusqu'à cette fin de semaine, elle va dormir sous les barreaux dès la sortie du tribunal.

Le parquet avait requis la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de 30 ans à l'encontre du père du petit garçon de trois ans. Il avait demandé l'acquittement de la mère du chef de complicité de meurtre mais une condamnation de 5 ans de prison pour "violences".

Ils ont affirmé avoir "aimé" leur enfant

A l'énoncé du verdict, les parents du petit garçon, assis côte à côte dans le box, n'ont pas eu de réaction particulière. La mère de Charlène est allée réconforter sa fille. Avant que la cour ne se retire pour délibérer, la parole leur avait été donnée une dernière fois. "Mon fils, je l'ai aimé, je n'ai pas voulu sa mort", a déclaré Charlène Cotte. "J'ai fait ce que je pouvais. D'habitude, j'arrivais à calmer Monsieur mais ce jour-là, sa haine a été plus forte".

Quant à Christophe Champenois, il a assuré d'une voix chevrotante qu'il avait "vraiment" aimé son fils.

Un martyre insoutenable

Avant de prononcer ses réquisitions, l'avocat général Eric de Valroger avait une dernière fois livré le récit détaillé de ce "crime odieux": "le noir, les secousses, les accélérations, les décélérations, l'horreur totale..." Puis, s'adressant à l'accusé, qu'une tumeur bénigne au cerveau obligeait à rester assis dans le boxe:

"Vous saviez, Christophe Champenois, que vous alliez tuer Bastien, vous saviez, en mettant en marche la machine à laver, que votre fils allait souffrir et que son martyre allait être insoutenable", a-t-il martelé.

C'est à son avocat, Jean-Christophe Ramadier, qu'a échu le "terrible privilège" de conclure les plaidoiries. Critiquant la "peine de mort sociale" requise contre son client, il a rappelé son enfance malheureuse et chargé son ex-femme, lui reprochant d'avoir "allumé la mèche" en racontant que Bastien avait encore été "méchant" à l'école.

Il a également tenté de présenter la mort de Bastien comme le résultat d'une punition qui a mal tourné plutôt qu'un meurtre de sang-froid. Car si Christophe Champenois voulait "vraiment se débarrasser de Bastien, pourquoi appeler les gendarmes, pourquoi ne pas cacher le corps dans la forêt comme on le voit dans d'autres affaires sordides?", a-t-il interrogé.

Des moments intenses

Me Gérard Zbili s'est au contraire efforcé de convaincre la cour que sa cliente, qu'il a décrite comme une femme tyrannisée par son conjoint, qui la "tabassait pour un oui ou pour un non", n'était en rien complice du meurtre de son fils.

Ce procès éprouvant a été marqué par des moments intenses, comme la projection de l'audition filmée de la grande soeur de Bastien, témoin du meurtre, ou les dépositions de la directrice de l'école et de l'éducateur de Bastien qui, quatre ans après les faits, semblaient toujours aussi dévastés par ce qui s'était passé.

Témoins et experts psychiatriques ont dit leur "perplexité" face à l'énigme Charlène Cotte, qui est restée prostrée tout le temps de son procès, comme absente à ce qui s'y jouait. Pourtant, a confié Eric de Valroger, "j'ai beaucoup de procès d'assises derrière moi mais, je dois l'avouer, je n'avais jamais atteint ce niveau d'horreur".

http://www.bfmtv.com/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
7 - 1 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10