|Bienvenu(e) Visiteur|
block control Home  •  SOS-Infos  •  Recherche  •  Les Photos non rsolues block control

 Connexion

 Qui est en ligne
14 Personne(s) en ligne (14 Personne(s) connectée(s) sur Les nouvelles)

Utilisateurs: 0
Invités: 14

plus...

 Les nouvelles quotidiennes du suivi des dossiers publiés sur le site...
DISPARITION D’ADRIEN FIORELLO À FIRMINY : ENTRE ESPOIR ET INCERTITUDE... Écoutez sa maman dans les messages audio . Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/02/2019 13:29
Maison de l'horreur: Les époux Turpin plaident coupable d'avoir torturé leurs enfants. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 23/02/2019 13:17
Meurtre de Martine Escadeillas.le suspect du meurtre de Martine Escadeillas reste en détention provisoire. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/02/2019 19:24
L'horrible Calvaire de Fiona ! SCANDALEUX !le verdict de la cour d'assises du Puy-en-Velay annulé, Cécile Bourgeon libérée. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/02/2019 18:45
REPLAY - Peut-être la fin de 32 ans de mystère ! Martine Escadeillas, 24 ans, avait disparu dans la banlieue de Toulouse en 1986... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 20/02/2019 12:42
Nordahl Lelandais : comment la cellule Ariane a fait le tri parmi les 900 dossiers non élucidés. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 18/02/2019 09:34
Le procès du meurtrier présumé de Patricia Bouchon s'ouvre dans un mois... Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 15/02/2019 11:36
Meurtre de Martine Escadeillas en 1986 : l'accusé réclame sa remise en liberté. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 13/02/2019 10:04
Attentat contre le couple de policiers à Magnanville: deux personnes en garde à vue. Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 12/02/2019 12:21
Le grêlé : L'incroyable témoignage en direct dans "Crimes et Faits Divers" d'une femme qui pense avoir identifié un violeur et tueur . ( vidéo) Les nouvelles Walda Colette Dubuisson 08/02/2019 08:03

Le calvaire du petit Bastien, mort dans une machine à laver : La mère rejugée à Paris.�...

Posté: Walda Colette Dubuisson  Posté le: 07/10/2018 16:08:58

Le drame du petit Bastien revient devant la justice. La cour d’assises de Paris juge - à partir de lundi et durant cinq jours —, Charlène Cotte, pour complicité de meurtre.

Cette mère de famille de 31 ans avait été condamnée en septembre 2015 à 12 ans de réclusion criminelle, pour complicité de meurtre, par la cour d’assises de Seine-et-Marne, à Melun, pour avoir provoqué la mort de son fils, Bastien, alors âgé de trois ans. Le bambin avait péri dans le lave-linge familial, lancé en mode essorage, dans lequel son père Christophe Champenois, l’avait jeté le 25 novembre 2011, à Germigny-l’Evêque (Seine-et-Marne). Ce dernier avait lui aussi été condamné par les assises de Melun : il avait écopé de 30 ans de prison, dont 20 ans de sûreté, pour meurtre.

A l’issue du premier procès, Charlène Cotte - qui comparaissait libre - avait été écrouée. Elle avait fait appel de la décision, déclenchant la réaction du parquet général qui avait fait appel à l’encontre des deux parents. Au final, Christophe Champenois, 36 ans, ne sera pas rejugé : le ministère public s’est récemment désisté. « Je m’en félicite de ce désistement. Car la peine à laquelle il a été condamné, que nous n’avions pas contesté, était juste », estime Me Jean-Christophe Ramadier, son avocat. Avant de confier : « C’est aussi une décision terriblement humaine car son état de santé s’est très largement dégradé depuis 2015 ».

«Elle a fait appel pour expliquer qu’elle n’est pas responsable de ce qui est arrivé à son fils»
Christophe Champenois devrait être entendu comme témoin lors du procès de Charlène Cotte : « Naturellement, c’est quelqu’un que je vois régulièrement. Je sais qu’il a fait un travail important pour tenter de mettre des mots sur ce qui s’est passé. Maintenant, je ne suis pas son directeur de conscience. Il dira ce qu’il a à dire lors du procès en appel », poursuit Me Ramadier.

Quant à Charlène Cotte, c’est bel et bien libre qu’elle comparaîtra devant les assises à Paris : la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris l’a en effet remise en liberté en mars 2016. « Ma cliente est une femme abattue. Elle l’a toujours été, même si elle n’a pas toujours été perçue comme cela, indique Me Gérard Zbili, un de ses avocats. Elle a fait appel pour tenter, une dernière fois, d’expliquer qu’elle n’est pas responsable de ce qui est arrivé à son fils ».

Charlène Cotte avait témoigné avant son premier procès

http://www.leparisien.fr/
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site internet*
Icône de message*
       
Message*
Adresse du lien Courriel Images Dans les images Émoticône Flash Youtube Code source Citation

Gras Italique Souligné Barré  À gauche Centre À droite  


Cliquez sur Prévisualiser pour voir le contenu en action.
Options*
 
 
 
Code de Confirmation*
4 - 0 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10