Police et maisons de repos, ensemble pour retrouver les seniors égarés

Date 27-03-2014 | Sujet : Conseils et mises en garde

BELGIQUE : La zone de police Meuse-Hesbaye et neuf maisons de repos ont signé un partenariat. Pour mieux cibler leur travail lorsqu’une personne âgée disparaît. Une première sur l’arrondissement judiciaire de Huy.
Une personne âgée, c’est comme un enfant. Lorsqu’elle disparaît, il faut tout de suite être à sa recherche , , les premières minutes, les premières heures sont les plus décisives ...

Un bon exemple à suivre par tous pays pour éviter les tristes fins que nous connaissons .....

«Les maisons de repos ne sont pas des prisons.» Leurs portes sont ouvertes, leurs résidents peuvent aller et venir à leur guise...

Mais aussi s’enfuir et se perdre s’ils sont désorientés, s’ils sont atteints d’Alzheimer.

Une personne âgée, c’est comme un enfant. Lorsqu’elle disparaît, il faut tout de suite être à sa recherche. Pour que cette recherche soit efficace, la zone de police Meuse-Hesbaye et les neuf maisons de repos installées sur le territoire qu’elle couvre viennent de signer un partenariat.

Partenariat qui vise à une réponse plus rapide des policiers lorsque le personnel d’une maison de repos prend conscience qu’un de ses résidents a disparu. Marc Robert, inspecteur principal, sera d’ailleurs leur relais au sein de la zone de police. Car les premières minutes, les premières heures sont les plus décisives.

Reste maintenant au parquet à convaincre les autres zones de police de l’arrondissement judiciaire de Huy à emboîter le pas à l’initiative amaytoise. Car pour le moment, la zone de police du chef de corps Jean-Pierre Doneux est la seule à avoir développé ce projet. Toutes les maisons de repos du territoire couvert par la zone de police sont par ailleurs parties prenantes.

Source BELGA



Cet article provient de Sos-enfants
https://www.sos-enfants.org

L'adresse de cet article est :
https://www.sos-enfants.org/modules/news/article.php?storyid=257